Plus de 28% des stations essence souffrent de pénurie

La grève nationale des travailleurs français du secteur de l’énergie se poursuit ce lundi, laissant de nombreuses personnes sans essence. Voici un aperçu de la situation actuelle.

La grève reconduite

La grès se poursuit depuis la semaine dernière, après l’échec des négociations entre le gouvernement et TotalEnergies. Les travailleurs réclament notamment de meilleures conditions de travail.

Cela a entraîné une pénurie de 28,1% des stations-service, selon Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique. C’est une amélioration par rapport aux 30% de la veille, mais la situation est encore loin d’être idéale.

Pour ceux qui ont besoin d’essence, il est conseillé d’anticiper et de faire le plein en début de semaine. Cependant, même cela pourrait ne pas suffire, car la grève ne montre aucun signe d’arrêt de sitôt.

L’essence est plus rare en ville

La situation est plus difficile dans les villes, où le pourcentage de stations-service souffrant de pénurie atteint 34,5 %.

Cela s’explique par le fait que la plupart des capacités de raffinage du pays sont situées dans les zones urbaines. Cela signifie que l’impact de la grève est ressenti plus fortement dans les villes.

En outre, de nombreuses personnes travaillent désormais à domicile, ce qui signifie qu’elles ne consomment pas autant d’essence. Cela a entraîné une baisse de la demande, exacerbant les effets de la grève.

Les prix s’en ressentent

Le gazole est le plus fortement touché par l’évolution des prix. Quand le litre s’échangeait à 1,80 euro en moyenne le 7 octobre, il vaut aujourd’hui 1,92 euro. En seulement quinze jours, le prix du diesel a augmenté de 22 centimes !

Cette forte hausse des prix ne manquera pas d’avoir des répercussions sur les consommateurs et les entreprises. Pour ceux qui doivent parcourir de longues distances pour leur travail ou qui dépendent de leur véhicule pour leur subsistance, ces augmentations peuvent être difficiles à absorber. Et à l’approche de l’hiver, de nombreuses personnes seront encore plus durement touchées.

Le gouvernement a déclaré qu’il suivait de près la situation, mais n’a pas encore annoncé son intention d’intervenir. En attendant, les conducteurs devront trouver des solutions pour faire face à la situation.

Pas de fin en vue

La grève des travailleurs de l’énergie ne montre aucun signe de fin prochaine. C’est une mauvaise nouvelle pour les conducteurs, qui continueront à avoir des difficultés à trouver de l’essence.