Top Stories

Grid List

Dans une sortie médiatique ce lundi 15 octobre 2018, le Premier ministre guinéen a fustigé l’attitude du Syndicat des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), qui réclame un salaire de base de 8 000 000 GNF. Dr Ibrahima Kassory Fofana prévient les grévistes du gel de leur salaire si toutes fois, ils ne reviennent pas en classe.

Selon Kassory Fofana, son gouvernement est disposé à négocier avec un syndicat « responsable ». « Ou on fait le terrorisme syndicale ou on fait du syndicalisme responsable. Avec le syndicalisme responsable, mon gouvernement est prêt à négocier », a-t-il indiqué.

Mais sur la revendication du SLECG concernant l’augmentation des salaires, le PM signale que « même en 2020, il ne peut pas y avoir d’augmentation ».

Sur la même lancée, Dr Kassory Fofana fait savoir que « ne seront payés que ceux qui ont travaillé. Et c’est la loi qui le dit ».

Réagissant à cette sortie, le chargé de communication du SLECG réfute cet argument de gel du salaire. Pour Mohamed Bangoura aucun article de la loi L028 du statut général du fonctionnaire, ne fait allusion à cela. « Dans aucun article, il est mentionné qu’un fonctionnaire qui fait la grève doit voir son salaire gelé », a-t-il confié.

Il faut rappeler depuis le déclenchement de la grève le 03 octobre dernier, les lignes n’ont pas bougé.

Sadjo Diallo

+224 662 50 13 01

Des gaz lacrymogènes, parfois des tirs d'armes à feu contre cailloux, entre forces de l'ordre et manifestants, c'est la tension qui prévaut sur l'axe Hamdallaye-Kagbelen (fief de l'opposition), au moment où nous mettions sous presse. Elhadj Ibrahima Baldé, un élève âgé d'une vingtaine d'année a été fauché par balle à Koloma marché. Par ailleurs plusieurs manifestants sont aussi arrêtés.

A l'intérieur du pays des échauffourées ont été enregistré dans certaines grandes villes, dont Kindia, où depuis hier, des accrochages sont signalés entre militants de l'UFDG et agents de sécurité.

Sadjo Diallo

+224 624 37 26 68

Le dialogue entre l'opposition, le gouvernement togolais et le parti au pouvoir à Lomé, l'Union pour la République, a repris mercredi après trois mois de suspension, sous l'égide des facilitateurs, les présidents guinéen et ghanéen, a annoncé la présidence togolaise.

Singapour, le 05 octobre 2018 – À l’occasion des 60 ans de la République de Guinée, Winning International Group organisait mardi soir à Singapour un grand dîner de célébration du Jour de l’indépendance guinéenne. Environ 130 invités étaient réunis à l’hôtel Shangri-La pour participer aux festivités, parmi lesquels on pouvait trouver de nombreux diplomates, hommes d’affaires et journalistes asiatiques et africains.

Lors de la cérémonie, M. Sun Xiushun, Consul honoraire de la République de Guinée à Singapour et Président de Winning International Group, en a profité pour annoncer que le Ministère des Affaires Étrangères guinéen allait considérablement assouplir la procédure de visa pour les citoyens singapouriens. En parallèle, plusieurs vidéos de présentation sur les opportunités d’investissements en Guinée ont permis aux invités de découvrir le potentiel pour les affaires de la République de Guinée.

Alors que le monde voit resurgir les fléaux du nationalisme et du protectionnisme, les différents participants ont tenu à souligner l’excellente coopération et complémentarité de la Guinée et de Singapour. L’expérience de développement original de Singapour et ses capacités d’investissements, les ressources naturelles de la Guinée et le dynamisme de sa jeunesse sont autant d’éléments traçant la voie pour un partenariat gagnant-gagnant entre les deux pays.

« Je suis très fier de pouvoir rendre hommage aujourd’hui au peuple guinéen pour les 60 ans de son indépendance, a déclaré M. Sun Xiunshun, Président de Winning Group International. En investissant et en opérant en Guinée, Winning Group International a conscience de son rôle majeur dans le développement économique et social pour mener le pays à la prospérité. »

Pour le professeur associé Fu Qiang, directeur du China Business Centre de la NUS Business School, « Avec une population jeune dans un monde vieillissant, L’Afrique a une carte évidente de dividende démographique à jouer. Considérant le fait que de nombreux jeunes vivent en zones rurales, les pays africains doivent créer les conditions pour le développement d’activités économiques agricoles et industrielles, à l’image de ce qui se produit à Boké ».

À propos du consortium SMB-Winning

Fondé en 2014, le consortium SMB-Winning regroupe trois partenaires mondiaux dans les domaines de l’extraction, de la production et du transport de bauxite : le singapourien Winning Shipping Ltd, armateur asiatique de premier plan ; UMS, une société de transport et de logistique présente en Guinée depuis plus de 20 ans ; Shandong Weiqiao, une société chinoise leader dans la production d’aluminium, forte de 160 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de 45 milliards de dollars US. L’État de Guinée, partenaire et membre du consortium, est actionnaire à hauteur de 10%. Depuis sa création, SMB-Winning a investi plus de 1 milliard de dollars US dans ses activités extractives dans la région de Boké. Le consortium, qui emploie directement plus de 5 500 personnes, a également construit et gère deux terminaux fluviaux.

Pour plus d’informations, visitez smb-guinee.com

Conflit domanial à Wonkifond (Coyah): Menacé de mort, Moukarim n’entend pas baisser les bras

Le planteur et opérateur économique Guineo-libanais Joseph Moukarim est victime d’appropriation illégale de ses domaines par des individus dans la sous-préfecture de Wonkifond à Coyah, notamment à Kofry, Katanta et Yelemengueya.

Depuis des années, un conflit domanial l’oppose à un certain Ibrahima Bérété. Ce dernier, sous l’appui de N’Famory Kourouma de la présidence continuerait ses travaux, nonobstant, les nombreuses batailles judiciaires perdues face à Moukarim.

Il faut rappeler, en 2013 M. Ibrahima Bérété aurait été trompé en achetant trois hectares dans les mains des coutumiers dans le domaine de M. Joseph Moukarim dont les titres fonciers faisant foi de sa propriété. A la suite de cette occupation illégale une plainte sera déposée auprès des autorités de Wonkifond pour le faire quitter des lieux. Suite à une réunion des autorités préfectorales de Wonkifond et communales de Coyah en présence de l’occupant, il a été confirmé à M. Bérété que la parcelle occupée fait partie de la plantation appartenant à la famille Moukarim depuis 1932. Ainsi le conseil préfectoral avait ordonné au sous-préfet d’alors M. Aly Bangoura qui avait signé l’acte de cession sans ce référé aux collectivités de Wonkifond d’annuler l’acte de cession établi en faveur de M. Bérété. Une décision qui sera appliqué le 12 mars 2015.

Mais comme si de rien était, Ibrahima Bérété continue d’occuper les lieux où il pratique actuellement une ferme avicole.

Outre, l’intéresser va s’adresser au président de la République, qui par la suite va instruire à son ministre Conseiller spécial Elhadj Mohamed Lamine Fofana de gérer l’affaire.

Pour sa part, Joseph Moukarim après plusieurs entretiens avec le ministre Conseiller Spécial, a adressé à son tour une lettre au chef de l’Etat, lui relatant la genèse de l’affaire. Sur la même lancée, le Guineo-libanais a profité de l’occasion pour informer qu’il est la proie d’un groupe de personne. « J’ai été victime d’agression physique suivie des menaces de mort », nous a-t-il confié.

Mais jusque-là, le président de la République n’aurait pas répondu à ce courrier nous déclare un proche de Moukarim.

Il faut souligner qu’après cette agression, en décembre 2016, un certain N’Famory Kourouma, travaillant à la présidence, à la tête d’un commando de bérets rouges et de gendarmes, aurait occupé illégalement le domaine, détruisant les plantations et les arbres fruitiers de cinquantenaires et la haie de bambou. Puis, en collaboration avec l’habitat de Coyah, l’intéressé aurait morcelé et vendu des terrains de Moukarim. Ainsi d’autres groupe à la tête, les sieurs Aboudou Soumah et Sekou Bangoura, feraient la même chose.

A noter que dans une décision judiciaire, il a été ordonné au sieur Ibrahima Bérété de libérer les lieux.

D’ailleurs le procureur général, près de la Cour d’appel de Conakry dans une réquisition autorise le Haut commandant de la gendarmerie a exécutée cette décision judiciaire. Mais, « il y a une lenteur d’exécution des décisions judiciaires », déplore Joseph Moukarim.

Mais cette fois-ci, il estime qu’après « la vacance judiciaire, à partir du mois de novembre on va relancer le dossier au niveau du Haut commandement de la gendarmerie nationale conformément à la décision judiciaire pour qu’on puisse aller déguerpir ceux qui sont installés illégalement dans mes domaines », a-t-il prévenu.

Il faut signaler que Joseph Moukarim est né en Guinée. Son grand père est arrivé en Guinée en 1915. En 1932, ce dernier se serait approprié des domaines Kofry, Kantanta et Yelemengueya, d’où l’appellation de ces zones, Moukarimya, dans la sous-préfecture de Wonkifond à Coyah.

Affaire suivre…

Amadou et Sow Telico

RSS Feed

Registration

Siaka Barry livre sa version de son divorce avec Alpha Condé

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Partenaires

guineenouvelle

 
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account