Mutuelle Santé Guinée en collaboration avec HC3 (HEALTH COMMUNICATION CAPACITY COLLABORATION) et en partenariat avec USAID a organisé, ce samedi 18 mars 2017 à Dixinn Terrasse, une journée commémorative de la femme. Cet événement a connu non seulement la présence de la Première Dame Hadja Djéné Kaba CONDE ainsi que celle de  nombreuses femmes cadres du pays et des institutions internationales.  

Il y avait également la Directrice de l’USAID, l’épouse du Premier ministre, l’épouse de M. Bah Ousmane, président du parti UPR, la directrice de l’hôpital Donka et l’épouse de M. Albert Damantan Camara.

Après quelques minutes de prestation artistique, s’enchainent les différents discours  des invités. Et c’est M. Kaba Soufiana, le Directeur Pays HC3 Guinée, qui a ouvert le bal.

"Je commencerai mon discours par vous saluer mesdames et messieurs, distingués invités, Excellence Madame la première Dame de la République, quand l’ONG locale Mutuelle Santé de Conakry, essentiellement composée des femmes m’a informée qu’elle a l’intention de vous adresser un courrier, vous demandant de bien vouloir accepter d’honorer de votre présence à cet événement. Je n’ai point douté que ce courrier allait avoir une suite favorable de votre part. Car je sais combien de fois que  tout ce qui concerne la femme, le nouveau né et les enfants est une préoccupation pour vous et pour votre fondation PROSMI. HC3 de Guinée est un projet de communication pour le changement du comportement dans le domaine de la santé maternelle, néonatale et infantile. Son premier partenaire ici en Guinée est le ministère de la Santé et HC3 est financé par l’USAID".

Après c’est le tour de la Directrice de l’USAID de dire :

"je voudrai commencer par transmettre mes salutations chaleureuses ainsi que celles de l’institution que je représente, l’USAID Guinée. C’est un réel plaisir d’être parmi vous aujourd’hui pour commémorer la journée internationale de la femme. Cela fait 100 ans que la journée de la femme a été instaurée à l’échelle internationale pour honorer le mouvement pour le droit des femmes.

Depuis, les lignes ont bougé  pour les femmes  dans la société. Nous avons conscience du rôle important que les femmes doivent jouer pour que nos pays aspirent à progresser.  La stabilité, la paix et la prospérité de notre monde dépendent de la protection de droits des femmes et des filles. Aujourd’hui,  les femmes guinéennes font face à de nombreux défis.  La violence basée sur le genre y compris le mariage des enfants, les mutilations génitales féminines et le viol. En matière de santé, la Guinée a l’un des taux de décès et d’incapacités maternelles les plus élevés au monde. L’USAID, en tant que partenaire de la Guinée, continuera à apporter son assistance technique et financière au peuple de Guinée dans la promotion de la santé de la femme, du nouveau né et de l’enfant".

Pour terminer son intervention, elle a réitéré l’engagement de l’USAID  à engager un partenariat dynamique avec le gouvernement, le secteur et la société civile pour aider les femmes de la Guinée à participer pleinement à la vie économique dans tous les  secteurs du développement de leur pays.

 Enfin, la première Dame de la République, HADJA DJENE KABA, a remercié les organisateurs de l’événement, les partenaires au développement,  à tout le public et agents de santé qui ont effectué le déplacement. Elle termine son discours en remerciant la femme, notamment celles qui suivent régulièrement le soin de santé du début de la grossesse jusqu’à l’accouchement.

Et la cérémonie a été clôturée par une remise des cadeaux à une dizaine de lauréates qui ont suivi les différents soins.

Amadou Tidiane 2 Bah   (stagiaire)

 

Pour faire face à l’épidémie de rougeole qui sévit actuellement en Guinée, la compagnie RUSAL a offert à notre pays 40 000 doses de vaccins. La remise de cet important lot a eu lieu ce vendredi 17 mars 2017 au siège de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire, Cette remise a eu lieu en présence de l’ambassadeur de la Fédération de Russie en Guinée, Alexander Brégadzé.

Depuis le 08 février 2017, le gouvernement guinéen a déclaré une épidémie de rougeole dans le pays. Devant la multiplication du nombre de cas, environ 2600 cas enregistrés et 7 morts, la Guinée a fait appel aux partenaires. C’est dans cette logique que la compagnie RUSAL a offert à notre pays 40 000 vaccins contre la rougeole.

Pour le représentant de RUSAL en Guinée, Pavel Vassiliev, ce geste se situe dans le cadre du partenariat public-privé et vise à appuyer la Guinée dans les moments difficiles. « L’action d’aujourd’hui s’inscrit dans un cadre continu. La compagnie RUSAL a toujours aidé la Guinée pendant l’apparition des épidémies dangereuses comme d’autres épidémies qu’on a connues dans ce pays. En collaboration avec le ministre guinéen de la santé, nous avons lutté contre le virus Ebola et aujourd’hui nous sommes là pour également essayer de voir comment vaincre complètement la rougeole qui sévit actuellement en Guinée. L’hôpital que nous avons construit à Kindia va recevoir les malades de rougeole et les traiter , nous rassurons le gouvernement guinéen d’être toujours à ses côtés pendants les moments difficiles », a expliqué monsieur Vassiliev.

Dr Sakoba Keita, directeur général de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire, a remercié les donateurs pour ce geste à l’endroit de notre pays. « Nous sommes très heureux de la promptitude avec laquelle nos partenaires de Rusal ont réagi devant notre appel. Cette donation de la compagnie Rusal nous permet de planifier l’enclenchement de la riposte dans les préfectures où l’épidémie a été déclarée », a dit Dr Sakoba Kéita.

La cheffe de cabinet du ministère de la santé et de l’hygiène publique a salué ce geste aux noms du ministre de la Santé et du Président de la République. «Je remercie la société Rusal qui n’est d’ailleurs pas à son premier geste, Rusal à toujours aidé le ministère de la santé dans la lutte contre le épidémies précédentes »,a dit en substance Fanta Kaba.

Il faut rappeler que depuis l’apparition de la rougeole en Guinée Rusal est la première société étrangère à répondre à l’appel du ministère de la santé à la communauté Internationale. En plus des 40 mille doses de vaccins offert à la Guinée, la société met à contribution pour le traitement des malades de rougeole le centre de recherche en épidémiologie microbiologie et des soins médicaux que Rusal a construit à Kindia. Afin de réaliser cette tâche, le CREMS a été inclus dans le système national de lutte contre la propagation des maladies infectieuses.

Le centre de recherche en épidémiologie, microbiologie et de soins médicaux (CREMS) a été construit par RUSAL en 2015 pour lutter contre l’épidémie d’Ebola en Guinée. Les investissements de RUSAL dans la construction de ce centre s’élève à plus de 10 millions de dollars US. Les possibilités du CREMS permettent d’hospitaliser simultanément plus de 60 malades.

Fanta Bah

 

La XIXème assemblée générale de l’Association Africaine des Centrales d’Achats de Médicaments Essentiels(ACAME) et la deuxième journée pharmaceutique de Guinée a pris fin hier. Au cours de ses trois jours les participants ont échangé sur la problématique de l’accès aux médicaments essentielle de qualité et à coût abordable, à la population africaine.

Au terme des trois jours des débats et d’échanges, les différents acteurs du système de la santé des pays membres de l’ACAME, ont adopté à l’unanimité un document dénommé ‘’plan stratégique’’ permettant d’améliorer les performances des centrales d’achats et qui a été remis au ministre guinéen de la Santé. Dans ce document, des recommandations et des résolutions  ont été élaboré par les participants.

Parmi les recommandations issues de cette rencontre il y’a entre autres la réalisation au moins quatre (4) missions dans les pays membres de l’ACAME  pour renforcer la visibilité de l’ACAME et les plaidoyers pour la réaffirmation des rôles et des missions des centrales d’achats dans leur pays, de procéder au recrutement d’un pharmacien pour renforcer l’équipe du secrétariat permanent de l’ACAME,  la  désignation d’un point focal chargé du suivit et d’évaluation du plan stratégique 2017- 2021 de l’ACAME, mais aussi encourager le secrétaire permanent et les centrales d’achats de l’ACAME d’organiser dans le meilleur délai un cadre de concertation et d’échange avec les directions de la pharmacie et du médicament, des laboratoires de contrôle de qualité du médicament et les ordres des pharmaciens.

S’agissant de résolutions l’assemblée générale de l’ACAME a adopté des résolutions notamment le plan d’action et le budget 2017 mais aussi le plan stratégique 2017-2021 de l’ACAME, le principe d’organiser une mission du président pour appuyer le secrétaire permanant dans la demande d’accord de siège aux autorités burkinabé.  Et l’élection du directeur général de la pharmacie centrale de Guinée, Dr Moussa Konaté, à la présidence de l’ACAME pour l’exercice 2017, le directeur générale de la nouvelle pharmacie de santé publique de la Côte d’Ivoire a été élu comme vice-président et la Côte d’Ivoire a été retenu pour accueillir la XXème assemblée générale de l’ACAME qui se tiendra dans la deuxième quinzaine du mois de mars 2018. 

Le ministre guinéen de la santé le Dr Abdourahmane Diallo, s’est réjouit des résultats auxquels les participants ont abouti durant cette rencontre sur la problématique de l’accès aux médicaments essentielle de qualité et à coût abordable, à la population africaine. Selon lui, cette rencontre en ce moment décisif de la lutte contre les médicaments contrefaits de mauvaise qualité et du marché illicite de médicament témoigne l’attention toute particulière que les centrales d’achats ont pour la bonne santé de la population.

Dr Abdourahmane Diallo a souligné que les thématique débattus lors de cette rencontre sont en crollassions avec l’une des priorités du son département qui est d’offrir des produit de qualité aux populations guinéenne afin de garantir un système de santé fort et robuste. « Je me réjouis de la tenue simultanée de la deuxième journée pharmaceutique et de la XIX assemblée générale de l’ACAME, et je me nourris l’espoir que le secteur pharmaceutique guinéen a tiré toutes leçons de cette rencontre. Je voudrais vous réaffirmer l’engament du Pr Alpha condé et du gouvernement a tout mettre en œuvre pour accélérer l’accessibilité et la disponibilité des médicaments à coût abordable à nos populations», précise le ministre de la santé.

Pour terminer, il a rassuré l’ACAME d’être leur porte-parole au près de mes paires ministre de la santé d’Afrique pour la mise en œuvre du plan stratégique issus de cette assemblée générale de l’ACAME.

Ibrahima Hôre Saala BAH

+224 664 64 48 95

Les travaux de la XIXème assemblée générale de l’Association Africaine des Centrales d’Achats de Médicaments Essentiels(ACAME) et la deuxième journée pharmaceutique de Guinée se poursuivent à Conakry. Au cours de cette deuxième journée d’activité, les acteurs de la santé membre de la structure ont pensé sur un certains nombres des Thématiques liées au cadre juridique, la contrefaçon des médicaments et la vente illicite.

S’exprimant sur ces sujets, le directeur général de la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG) Dr Moussa Konaté a rappelé que la mission principale qu’une centrale d’achat est l’approvisionner les médicaments aux structures sanitaires du pays.

C’est pourquoi dira-t-il, que l’organisation de la deuxième journée pharmaceutique en même temps la 19ème assemblée générale de l’Association Africaine des Centrales d’Achats de Médicaments Essentiels(ACAME), est une opportunité pour tous les acteurs évoluant dans le domaine des médicaments de se retrouver pour discuter sur des questions liées à l’amélioration et l’accessibilité des médicaments aux populations.

« Au tour de la table ronde qui est en train de se dérouler actuellement, vous avez des directeurs des Centrales d’Achats de Médicaments dans les pays africains mais aussi des institutions internationales comme l’OMS. La retrouvaille de tous ceux-ci c’est pour débattre sur la question de la problématique des médicaments dans les structures sanitaires », affirme Dr Moussa Konaté.  

Et d’ajouter, « le thème centrale retenu cette année est les centrales d’achats 20 ans après leurs créations est ce qu’elles sont toujours capables d’approvisionner des médicaments de qualité. Si oui il n’y a pas de problème. Si non on trouve quelle stratégie elles doivent adopter pour approvisionner les structures sanitaires. Ce sont ses débats qui sont en train de se dérouler  ».

Le directeur général de la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG) a rassuré que les premières bénéficiaires de cette rencontre sont la population. Selon lui, tout ce qui se dira au cours de cette rencontre, sera uniquement dans l’intérêt de la population.

« S’il n’y a pas des médicaments, il n’y a pas de programme de santé et il n’y aura pas de développement. Nous de la pharmacie centrale de Guinée, nous comptons tirer profit de cette assise  parce que depuis hier nous sommes en échange d’expérience avec d’autres camarades. La pharmacie centrale de Guinée a communiqué aux autres centrales d’achats l’expérience qu’elle a eut par la gestion de la crise Ebola », soutient-il.  

Parlant du contre façon et la vente illicite Dr Moussa Konaté a affirmé que ces ensembles sont contraires à la voie lucide des médicaments. Pour lui, les débats qui vont avoir lieu vont donner des pistes de solution pour essayer d’aboutir à des conclusions.

« Il y’ aura des propositions, des prises de positions mais aussi des  moyens techniques pour que chacun sache que c’est que je faisais était légal, ça permettait de rendre les médicaments disponible et protégeait la population. Dès qu’on a tous ces informations, j’en suis convaincu que  chacun de nous pourra tirer profit », rassure, Dr Konaté.

Sur le plan institutionnel et juridique, le directeur du PCG dira que la question fondamentale de la pharmacie centrale de Guinée c’est son statut juridique. Dr Konaté  a reconnu que le PCG est un établissement public à caractère industrielle et commerciale, mais tout de même, il soutient que le processus de changement statutaire avance très bien.  

« L’état a son rôle régalien de veiller au bon fonctionnement de la structure car, la santé est un droit pour les citoyens. Mais pour cela, il définit un cadre juridique qui permet de rendre le médicament disponible et pluriel. Et nous acteurs qui sont sur le terrain nous somme tenues obliger de s’engager au fond élaborer des stratégies pour y arriver », martèle Dr Konaté.

« Mais une vision sans actions concrètes est un cauchemar. Les actions concrète sans vision est une perte de temps. Donc Nous essayons de concilier les deux pour que dans les prochains jours où mois on puisse dire qu’en Guinée les médicaments sont disponibles et à coût abordable », promet le DG de la Pharmacie Centrale de Guinée.

Ibrahima Hôre Saala BAH

+224 664 64 48 95   

 

 

 

Plus d'articles...

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account