OAPI : le café de Ziama (Macenta) a désormais un Certificat d’enregistrement

Agriculture

Le  ministère de  l’Industrie, des PME et de la  Promotion du secteur privé, en partenariat avec  l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle, ont procédé, hier vendredi dans un complexe hôtelier de  la place, à la remise officielle du Certificat d’enregistrement  du café de Ziama.

Cette cérémonie  s’est déroulée en présence  du chef du gouvernement et des cadres impliqués dans ce processus. Le représentant  de l’Association  pour le développement  du café de Macenta  et  bénéficiaires, Sidiki Camara,  a, dans son introduction, souligné toute l’importance que représente  cette identification géographique pour les populations. « Cette identification géographique constitue, dira-t-il, un  instrument durable  et source d’emplois pour les jeunes de la forêt ».

Il remerciera les partenaires  qui ont soutenu  cette activité. Il n’a pas manqué aussi d’inviter  l’Etat au soutien pour pouvoir augmenter la production du café. Selon les organisateurs de la rencontre, cette certification est la première en Guinée.

Pour sa part, la représentante de l’Agence Française au Développement (AFD), Brusse Bénédicte, s’est dit heureuse pour célébrer  le premier certificat d’enregistrement. Et de préciser : « l’indication géographique  est un outil  juridique qui permet d’identifier  les produits originaires d’un terroir et ça permet  l’accès aux marchés internationaux » a expliqué la représentante de l’AFD.

Selon elle, en 2013, la Guinée a vendu 18 tonnes du café de Ziama et que cette étape signifie que le produit du café de Ziama  ne peut se produire qu’en Guinée. « Cette identification est positive pour les producteurs et pour l’Etat. Les producteurs ont besoin de soutien  de l’Etat  pour mieux écouler les produits. La certification est un atout important » a-t-elle souligné. Et de rappeler  que l’ADECAM     n’a pas pu commercialiser  ses produits.

Le représentant de l’OAPI, Paulin Edouedou, a tenu à préciser que ce jour est important, parce que c’est la remise du certificat d’enregistrement au café de Ziama. Cela a couté plus de 450.000 euros, a-t-il affirmé. « La Guinée est invité à prendre le relais avec une indication  géographique reconnue. Si le  café de Ziama n’est pas bien emballé, il ne se vendra pas » a-t-il martelé.

Par ailleurs, Hadja Fatoumata Binta Diallo, ministre de l’Industrie, des PME et de la promotion du secteur privé a expliqué, dans son intervention,  que la Guinée vient de gagner la bataille  du certificat d’enregistrement du café de Zama. Car, a-t-elle indiqué,« l’indication géographique est un outil de protection  des produits  et les retombées de cette certification sont nombreuses dont entres autres  la créations d’emplois et de la richesse. Aujourd’hui,  ce produit est un produit de reputation, c’est nous qui devons le faire ».

Aboubacar Diakité

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account