Guinée : la journée « ville morte » suivie par endroit

Politique

L'opposition républicaine a entamé ce lundi sa première journée de désobéissance civile pour protester contre selon elle la « violation » de l'accord politique du 08 août dernier concernant l'installation des exécutifs communaux. Le mot d'ordre a été suivi par endroit notamment, sur l'autoroute Le prince, où des jeunes ont érigé des barricades et brûlé des pneus, empêchant la circulation des engins roulants.

Pour l'heure, aucun incident majeur n'a été enregistré, même si des échauffourées ont été signalées par endroit entre forces de l’ordre et jeunes manifestants.

A mis journée l'opposition parle déjà d'une réussite. Selon l'honorable Bakary Keita, membre de l'UFDG, «  le mot d’ordre a été suivi et à Conakry et à l'intérieur du pays, notamment à Labé, à Mamou. Nous sommes en train d'appeler nos responsables dans les autres villes pour savoir où en est-on », souligne ce cadre du principal parti d'opposition.

Ce pendant de son côté, le parti au pouvoir se réjouit d'un « échec » de l'opposition. « On ne peut parler de développement si à chaque fois on tue la ville. Heureusement, Conakry refuse de mourir. Chaque fois qu'il y a ville morte, c'est seulement l'axe Bambéto qui commence à casser, si non ailleurs, ça vie », martèle Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle.

Sadjo Diallo

+224 624 37 26 68

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account