Transports routiers : « Le protocole d’accord du 23 mai 2018 de la suppression des barrages non conventionnels reste inapplicable » dixit Alpha Amadou Bah, secrétaire général par intérim de l’UNTRG

Société

Transports routiers : « Le protocole d’accord du 23 mai 2018 de la  suppression des barrages non conventionnels reste inapplicable » dixit Alpha Amadou Bah, secrétaire général par intérim de l’UNTRG

Signé par les ministres de la Défense nationale, des Transports, de la Sécurité et de la Protection civile et celui du Budget, le protocole d’accord du 23 mai 2018 relatif à la suppression des barrages non conventionnels et à la tracasserie routière n’a pas été appliqué à la lettre. Cette annonce a été faite par Alpha Amadou  Bah, secrétaire général par intérim de l’Union National des Transporteurs Routiers de Guinée (UNTRG), lors d’un entretien accordé à notre rédaction. Cela quelques semaines après la signature dudit accord.

Dans son explication, le secrétaire général  par intérim de l’UNTRG a déclaré que jusqu’à présent les barrages non conventionnels et la tracasserie routière existent dans les routes de Guinée. « Rien n’a été respecté, c’est la corde seulement qu’on a enlevé. Mais les anciennes habitudes continuent toujours dans les routes  » a-t-il  déclaré.

Selon lui, dans ce protocole d’accord, treize points ont trouvé solution. Parmi eux, les parties  s’attendent de la suppression des barrages non conventionnels avec effet immédiat et de ne retenir que les trois barrages conventionnels sur les axes ci-après : sur la route Conakry-Pamalap, le barrage km 66, sur la route Conakry-Kindia, le barrage Bangouyah, sur la route Conakry-Boké, le barrage de Bawa.

Parlant de la tracasserie routière, le défenseur des transporteurs routiers de Guinée a rappelé qu’il a été dit dans ce protocole d’accord que des barrages conventionnels doivent être assuré par les unités de police, pour la vérification de l’identité des passagers, de la gendarmerie pour les documents des transports  et de la douane pour la conformité des marchandises par rapport à la quittance ou à la facture.

Poursuivant, le secrétaire général par intérim de l’union nationale des transporteurs routiers de Guinée (UNTRG) a précisé qu’après avoir fini  de signé ce protocole d’accord, une équipe de veille de onze membres a été mise en place dont cinq  du gouvernement, quatre au niveau des syndicats et deux de l’union nationale des transporteurs routiers de Guinée.

Pour terminer, il a lancé un appel pressent aux autorités compétentes pour l’application correcte de ce protocole d’accord du 23 mai 2018.

A signaler que selon ce protocole d’accord, les militaires au pont KK et aux quatre ponts de Tanènè ont pour mission de protéger et de sécuriser les lieux stratégiques. En aucun cas ils ne doivent ériger des barrages et de demander les cartes d’identités et les documents de transports.

Aboubacar Pastoria Camara

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account