Plainte contre le président du PADES : Jusqu'où ira Sékou koundounoh

Politique

Ce lundi, 06 aout 2018, la société civile guinéenne le Balai citoyen a  informé l’opinion nationale et internationale  avoir porté plainte contre le député Ousmane KABA. Cette plainte est survenue suite  aux propos tenus par le président du PADES récemment dans une radio privée à Kankan.

Dans son intervention, Sékou koundouno, le président du balai citoyen a d’abord rappelé que l’objectif de cette conférence de presse, c’est d’informer l’opinion nationale et internationale sur la plainte qui a été émise par la plateforme jeunesse de cellule balai citoyen à l’encontre de Dr Ousmane Kaba.

Selon lui,  la plainte portée  contre le président du PADES  s’inscrit dans le cadre des propos ethnocentristes et de propagandes régionalistes. « Nous ne sommes pas un parquet général, nous sommes un organe de veille, d’alerte, d’interpellation et de proposition. Donc, nous ne  sommes pas tombés de nu pour émettre cette plainte de façon fantaisiste.  Nous avons une cellule de veille citoyenne composée de 50 personnes qui travaillent d’arrache-pied sur les réseaux et les medias afin de circonscrire le moindre dérapage  et appeler les citoyens à l’ordre », rappelle-t-il.

Répondant à ceux qui accusent le balai citoyen d’être partisan, koundono précise :« Nous mettons en défi quiconque de prouver le caractère partisan de cette organisation. Notre sens d’impartialité, n’est pas à démontrer à l’instant T. et le passage qui me semble très important. Nous ne faisons que notre travail, et nous nous inscrivons en droite ligne avec les politiques publiques édictées, orientées et mises en place par le gouvernement auquel nous sommes sensés et obligés d’accompagner afin de répondre aux millions de préoccupations et d’inspirations de nos concitoyens à la base ».

Il a ensuite souligné de passage que les gens doivent comprendre que la Guinée est une République. «  Dans cette République, il y a une nation.  La nation par définition est composée de plusieurs ethnies, communautés, clans et sectes qui, à un moment de notre  histoire, on a bien voulu vivre ensemble. Quiconque essaye de menacer cette patrie qui pourrait avoir des conséquences fallacieuses pour notre république, il faudrait qu’on  se soulève pour dire à ces personnes qu’il y a des limites à ne pas franchir pour mettre la nation en péril », a-t-il déclaré.

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account