Marche de survie des forces sociales de Guinée : les acteurs se félicitent et promettent de continuer le combat

Société

Comme prévu, les forces sociales de Guinée ont organisé une marche pacifique sur toute l’étendue du territoire national, ce mardi 10 juillet 2018. A Conakry, ils sont nombreux, ces acteurs de la société civile qui ont coordonné cette manifestation pour éviter des incidents. Cette marche des forces sociales est survenue suite à l’augmentation du prix du carburant à la pompe de 8 000 GNF à 10 000 GNF par le gouvernement depuis le 1er juillet dernier.

Du rond-point de la Tannerie dans la commune de Matoto, en passant par Gbessia jusqu’à l’esplanade du stade 28 septembre, la motivation est la même et l’objectif principal, c’est de pousser les dirigeants guinéens de revenir sur leur décision en revenant au prix initial du carburant à 8000 GNF.

Arrivées (les forces sociales de Guinée) à l’esplanade aux environs de 13 heures, les discours de remerciement et d’avertissement ont été prononcés par certains acteurs de la société civile guinéenne.

C’est le cas de monsieur Abdouramane Sanoh, de la Plateforme des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD) qui n’a pas fait du cadeau au gouvernement de Dr Ibrahima  Kassory Fofana. « Je voudrais au nom des forces sociales de Guinée, vous dire merci pour cette mobilisation massive, pour dire non à l’injustice sociale. Nous vous demandons de demeurer mobilisés, parce que, notre combat n’est qu’à ses débuts. Ils vont tenter de nous dissuader, de nous intimider et de nous distraire. Nous devons tout simplement garder notre calme, être lucides et continuer avec fermeté sans recul dans le combat que nous menons pour la justice sociale de notre pays. Les pauvres populations ne vont plus continuer à être sacrifiées dans ce pays à cause d’une minorité qui n’arrête d’exploiter et de dominer notre pays comme une colonisation », a-t-il martelé.

De son côté, le Dr Dansa Kourouma, le président du Conseil National des Organisations de la Société Civile (CNOS-G), a, dans une déclaration, promis de continuer le combat jusqu’à la satisfaction de la population guinéenne. « Aujourd’hui, c’est carton jaune, demain c’est carton rouge », déclare-t-il.

A rappeler que les forces sociales de Guinée ont déclaré la journée de ce mercredi 11 juillet 2018 sur toute l’étendue du territoire nationale ‘’journée ville morte’’. 

Pastoria Camara

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account