Souleymane  Sy Savané et cie défient Aboubacar Soumah du SLECG

Société

Comme annoncé récemment, le groupe des camarades de Souleymane  sy savané, secrétaire général sortant, élu en 2012, a organisé le sixième congrès du Syndicat libre des  enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) ce mercredi 16 mai 2018 a l’Ecole Nationale des Arts et Métiers (ENAM) de Guinée, sise à Coléah.  La rencontre s’est tenue sous le thème « Syndicat et les défis de la démocratie », en présence de Louis M’Bemba Soumah, le secrétaire général de l’USTG.

Ce congrès s’est tenu quelques mois après celui du camarade dissident Aboubacar Soumah. Quarante-cinq sur cinquante-deux responsables prennent part à ce congrès ordinaire du SLECG qui prendra fin ce jeudi 17 mai 2018.

Dans son discours, le secrétaire général du SLECG, Souleymane Sy Savané, a indiqué que la présence des délégués syndicaux est un honneur « y égard à la marque du soutien dont vous nous faites preuve à cette autre occasion de l’histoire de notre chère fédération née en juin 1993, lors d’une assemblée constitutive à laquelle certains parmi vous avaient participé ».

Selon lui, le SLECG est une organisation nationale qui a fait ses preuves dans le combat pour la promotion du secteur éducatif et pour l’amélioration des conditions de vie et du travail du corps enseignant de tous les cycles pédagogiques confondus.

Poursuivant son allocution, M. Sy savané a précisé que la mission principale du SLECG est de fédérer tous les confondus de toutes les chaines de l’éducation, de la formation toutes les entités assimilées en République de Guinée.

Pour la tenue de ce congrès, il égratigne le camp adverse d’Aboubacar Soumah, élu il y a quelques mois, à la tête du meme SLECG. « Le SLECG n’est pas un jeu d’enfants ou n’importe qui, n’importe comment peut s’approprier la paternité de l’organisation sans tenir compte des textes juridiques qui régissent son fonctionnement. Nous pensons donc, que légalement, nous sommes du SLECG et personne d’autre ne peut donner des preuves d’avoir à sa guise les commandes qui fondent l’intéressé de justifier et de s’autoproclamer incontournable », a-t-il déclaré.

De son côté, le secrétaire général de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG), Louis M’Bemba Soumah s’est réjoui de la tenue de ce congrès.  C’est un grand honneur pour moi. Cet événement est un événement spécial. Je suis autant plus heureux, parce que certains pensaient que le vrai SLECG était mort » indique-t-il.

« J’ai entendu les soi-disant syndicalistes raconter sur les ondes des radios toutes sortes de contrevérités. Notre pays a besoin d’enseignants à la hauteur. C’est pour cela qu’il faudra que tous ceux qui sont dans cette profession soient dans les conditions les meilleures », ajoute-t-il.

Pour finir, Louis M’Bemba Soumah a rassuré que l’USTG, la centrale mère, n’hésitera pas « un seul instant à accompagner » le SLECG pour le gain du pari ambitionné dans le cadre de la promotion du secteur de l’éducation en Guinée ».

Faut-il le rappeler que le SLECG dirigé par le dissident Aboubacar Soumah avait tenu son congrès en catimini en début d'année parce que les forces de l'ordre avaient investi le siège situé dans l'enceinte de la Cour de la mosquée Fayçal. Il avait réussi à paralyser tout le système éducatif suite à un mouvement de grève largement suivi tant à Conakry qu'à l'intérieur du pays.

Le président de la République, Alpha Condé, avait rencontré celui qu'il avait qualifié de "rebelle" auparavant pour réussir à suspendre la grève des enseignants tout en cédant aux révendications des syndicalistes.

Aboubacar Pastoria Camara

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account