Communales du 4 février : Une délégation de l’UFDG reçue par le président de la CENI

Politique

Une délégation de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a été reçue, ce jeudi 1er mars par le président de la CENI, Me Salif Kébé, entouré des commissaires. Conduite par Kalémodou Yansané,  candidat tête de liste de cette formation politique à Matoto, cette délégation était composée entre autres des députés Aliou Condé et Cellou Baldé ainsi que des têtes de liste Sorya Bangoura de Matam, Abdoulaye Bah de Kindia, Souleymane Taran Diallo de Ratoma. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la préservation de la paix après la publication des résultats définitifs par l’institution en charge de l’organisation des élections.

Au sortir de la rencontre, le directeur des opérations de la CENI, Etienne Soropogui a planté le décor en disant que la rencontre a pour objectif d’échanger avec l’UFDG sur les anomalies signalées par ce parti lors du scrutin du 4 février. Ensuite confronter les résultats des bureaux de vote (BV) écartés ou modifiés selon l’UFDG avec les PV  issus des CACV actuellement se trouvant avec les démembrements. D’après Etienne Soropogui, son institution recevra demain vendredi une délégation du RPG Arc-en-ciel ainsi que d’autres entités ayant pris part aux élections et qui ont des réclamations. « Après les échanges, précise-t-il, nous avons demandé à l’UFDG de nous fournir la liste des BV concernés et la CENI à son tour avec les démembrements va rechercher ces mêmes BV en vue de faire une confrontation des résultats. Pour cela, rendez-vous est pris avec l’UFDG mardi 6 mars ». M. Soropogui n’a pas manqué de préciser que c’est un exercice totalement inédit. Car, selon lui, tous les débats liés à ces élections sont terminés dès lors que la CENI a publié les résultats définitifs. Mais, d’après lui, pour la paix et la stabilité de notre pays aucun exercice n’est de trop. « Cette démarche n’a aucun fondement juridique, c’est vrai. Puis que toute la classe politique y adhère et que c’est pour la paix en Guinée, la CENI fera le rapport après toutes ces consultations. Ledit rapport sera soumis à l’ensemble des acteurs qui œuvre pour la paix dans notre pays et ensemble ils prendront une décision. En tout état de cause rien ne vaut la paix » a conclu Etienne Soropogui.  

Pour sa part, Kalémodou Yansané, s’est réjoui de la tenue de cette rencontre dans le but de trouver une solution aux problèmes qui se posent actuellement par rapport aux communales.

Selon lui, ces communales du 4 février sont émaillées de beaucoup d’irrégularités. « Nous ne demandons pas la reprise des élections sur toute l’étendue du territoire national. Mais dans neuf circonscriptions où il y a des PV écartés et modifiés, nous demandons que des vérifications soient faites » a t-il- précisé avant d’ajouter qu’à  Matoto, il y a 92 PV concernés.

  1. M. Yansané affirme qu’il ne cherche pas des faveurs mais souhaite que la vérité soit connue à travers la comparaison des documents issus des bureaux de vote. Il n’a pas manqué de remercier tout ce qui se sont impliqués pour aboutir à cette démarche. Ce sont entre autres la CENI, les ministres à la présidence, le médiateur de la République.

De son côté, le président de la CENI, Me Salif Kébé, s’est réjoui de l’atmosphère qui a caractérisé la rencontre.  Il soutient qu’ « il y a eu des problèmes au niveau de certains partis après la proclamation des résultats définitifs. Et ils ont souhaité que cela soit l’objet d’une discussion avec la CENI. Ce que nous avons accepté étant des partenaires depuis fort longtemps »

  1. M. Kébé a avoué que les discutions ont été franches et ils se sont donné rendez-vous mardi pour la suite des travaux. Même si la CENI considère que ces élections sont derrière elle, n’empêche de discuter toujours avec ses partenaires que sont les partis politiques qui ont des réclamations, des griefs. Le numéro un de la CENI affirme vouloir examen ces réclamations et les mettre dans un document et les exposer à qui de droit. Puis que la CENI n’a pas les moyens juridiques pour prendre une décision dans ce sens.

Alhassane Barry

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account