Contestations de résultats définitifs  des élections locales: Aboubacar Sylla se démarque de l'opposition république

Politique

L’Union des forces du changement a repris sa traditionnelle assemblée générale le samedi 24 février dernier. Dans son allocution, Aboubacar Sylla a félicité ses militants pour le score de son parti lors des élections locales. Par ailleurs, le président de l’UFC s’est prononcé sur la récente sortie de l’opposition républicaine.

Après deux mois d’interruptions dû à la campagne électorale, l’UFC reprend ses assemblées générales. Le samedi 24 février dernier, responsables et militants étaient de nouveau réunis au siège du parti à Taouyah. Après la présentation des nouveaux adhérents et les discours de certains responsables du parti, Aboubacar Sylla a félicité ses militants pour le score en général de l’UFC lors de ces dernières échéances électorales. Il faut rappeler que l’Union des forces du changement avait présenté 9 listes.

« Je remercie et félicite tous ceux qui ont fait le choix des listes de l’UFC pour s’exprimer le jour du vote des élections locales. C’est la première fois que l’UFC participe à ces élections et nous avons décidé à l’avenir de participer systématiquement à tous les scrutins dans ce pays, qui soit locaux ou nationaux sous nos propres couleurs. Nous avons eu dans des circonscriptions extrêmement difficiles des électeurs qui ont pu nous procurer au moins un siège et ça je vous assure on n’a pas mis tout l’effort pour que nous puissions percer effectivement lors de ces élections », souligne Aboubacar Sylla. Car selon lui, l’UFC a en ligne de mire les élections législatives et la présidentielle de 2020. « Les élections locales sont importantes. Mais ce qui est plus important, ce sont les échéances à venir. Nous devons commencer à nous préparer pour les élections législatives qui en principe doivent avoir lieu en cette année, même si on veut les reporter en 2019. Battons-nous pour que l’UFC soit majoritairement représenté à l’Assemblée nationale », lance le président de l’UFC à ses militants. 

Par ailleurs, pour l’ex porte-parole de l’opposition républicaine, les manifestations annoncées par ces anciens pairs ne devraient pas avoir lieu. Selon Aboubacar Sylla, « une fois que les CACV dirigées par les magistrats ont proclamé les résultats provisoires, une fois que les recours sont épuisés au niveau des tribunaux de première instance ou au niveau des justices de paix et après que la CENI ait proclamé les résultats définitifs, d’après nos lois, il n’y a plus de recours », a-t-il  fait savoir.

Avant de déplore : « j’avais dit à l’époque qu’on a toujours la même CENI, le même fichier, on a toujours la même administration territoriale qui s’implique dans les élections, les mêmes gouverneurs, les mêmes préfets, les mêmes sous-préfets. Chaque fois qu’il y aura des élections, mais les résultats sont connus d’avance. Mais malheureusement, nous n’avons pas été écoutés. Et aujourd’hui, on est dans une situation où on remet en cause les résultats, alors qu’il n’y a plus de recours. Donc, l’opposition s’est assise jusqu’à ce que tous ces scénari se mettent en place soient conçus et réalisés sous ses yeux. L’opposition a accepté d’aller aux élections. Elle aurait pu poser tous ces problèmes au niveau du comité de suivi, mais elle ne l’a pas fait. Elle a été aux élections et maintenant elle n’a que ses yeux pour pleurer ».

Plus loin, face à ses militants, le président de l’UFC réaffirme son appartenance à l’opposition. « L’UFC n’est pas d’accord sur la façon dont le pays est géré, mais n’est pas aussi d’accord sur les stratégies qui sont menées aujourd’hui par l’opposition républicaine. Parce que ces stratégies ne permettront jamais une alternance dans ce pays », a-t-il mentionné.

Sadjo Diallo

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account