Elections locales/Guinée : l’UFDG et le RPG/AEC se taillent la part du lion

Politique

Sans connaître les résultats définitifs issus du scrutin du 4 février 2018, l’on peut aisément déduire qu’au regard des résultats partiels tombés dans certaines circonscriptions électorales du pays, les deux principales formations politiques du pays se sont taillées la part du loin.

La cartographie de la victoire électorale n’a apparemment pas changé  en Guinée. L’UFDG de Cellou Dalein, le chef de file de l’opposition et le RGP/AEC, le parti au pouvoir, demeurent toujours les grandes formations politiques du pays.

En défit d’un fort taux d’abstention (ou de sanction), les deux partis auront le plus grand nombre de conseillers dans les 342 circonscriptions électorales que compte le pays. Cette abstention ajoutée au fort taux de procuration et la dérogation a terni un peu l’image des élections locales.

D’ailleurs, hier mardi, des violences ont été enregistrées dans plusieurs endroits de la capitale et de l’intérieur du pays. A Conakry, l’axe Sonfonia- Hamdallaye n’a pas fonctionné. La circulation est restée paralysée durant toute la journée empêchant les citoyens de se mouvoir.

Des véhicules de la police ont été incendiés par des manifestants en colère contre une « présumée fraude à grande échelle » dénoncée par l’UFDG de Cellou Dalein et l’UFR de Sidya Touré.

Cellou Dalein menace de ne plus laisser passer la fraude orchestrée, selon lui, par des cadres de l’administration publique et le RPG/AEC, le parti au pouvoir. Ce dernier, à son tour, accuse l’UFDG d’être derrière les violences enregistrées à Conakry.

Plusieurs résultats sont tombés hier mardi par les commissions administratives de la centralisation des votes (CACV). Le RPG/AEC et l’UFDG pour le moment se taillent la part du lion.

Selon plusieurs sources, à Dinguiraye, cinq nourrissons auraient péri dans les affrontements et une chasse à l’homme aurait été engagée par les forces de sécurité dépêchées sur les lieux.

A Kindia, ville située à 135 km de Conakry, un militant de l’opposition a perdu la vie après des affontements opposants et militants du parti au pouvoir.

Mardi soir à la télévision nationale, le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, le général Bouréma Condé a appelé tous les Guinéens au calme et à la sérénité tout en déplorant les violences enregistrées au lendemain du scrutin.

Amadou Kendessa Diallo

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account