Scrutin du 4 février 2018 : voici la réaction de Dr Faya Millimonou du BL, Mouctar Diallo, NFD, Aboubacar Biro Soumah, etc

Politique

Après huit ans de report, les Guinéens se sont finalement rendus aux urnes pour élire leurs conseillers communaux ce dimanche 4 février dernier. Juste après la fermeture des bureaux de vote, notre reporter a joint certains candidats et leaders politiques, qui ont accepté de livrer leurs premières réactions.

Dr Faya Millimouno, président du BL

« Nous allons mesurer l’ampleur de la fraude avant de nous prononcer sur l’acceptation ou pas des résultats » 

« Le manque d’engouement dans les bureaux de vote, c’est le premier constat d’échec que nous avons constaté. Encore ces élections, nous avons connu moins de débats d’idée, que des invectives, que de la Mamaya. Et le peuple de Guinée n’étant plus dupe commence à se désintéresser du processus électoral et ça sera un échec pour la jeune démocratie guinéenne si cela devait se poursuivre. Nous avons été saisis par nos structures à la base qui nous ont rapporté beaucoup d’incidents. Moi-même, je suis sur le terrain et je suis en train de circuler à Manéah, où nous avons pris le président de la CESPI en flagrant délit en train de se promener avec un sac de cartes d’électeurs, avec de l’argent. Il signait des procurations, n’importe comment. Donc les gens l’ont pris et l’ont déposé à la gendarmerie, mais nous savons qu’il était en train de faire le travail du pouvoir donc il pourrait être libéré. Nous nous sommes républicains, nous l’avons arrêté, nous l’avons amené au niveau des autorités. S’ils le relâchent, ça veut dire que les autorités sont complices.

Nous sommes en train d’abord de collecter toutes les preuves d’irrégularités que nous avons connues et c’est en fonction de cela, nous allons nous prononcer si oui ou non, nous acceptons ces résultats. Déjà en ce qui nous concerne dans la commune de Djiasso à Lola, le sous-préfet a fait voter les gens d’une autre commune au compte de la commune de Djiasso. Nous allons soumettre dès lundi matin une requête auprès de la justice de paix de Lola pour l’annulation pure et simple de ce vote. Donc nous allons d’abord mesurer l’ampleur de la fraude avant de nous prononcer sur l’acceptation ou pas des résultats du vote ».

Mouctar Diallo, président des NFD

« C’est dommage qu’il y ait ces manouvres de fraude… » 

« Globalement le vote s’est passé dans le calme, ce que nous saluons. Mais il faut déplorer certains actes que nous avons constatés qui malheureusement n’honorent pas notre démocratie, notre jeu politique. Nous avons constaté que l’UFDG a utilisé l’arme d’intoxication, de manipulation pour désorienter nos votes. Ils ont fait passer des rumeurs auprès de nos militants comme quoi NFD  a rejoint l’UFDG. Et que maintenant consigne est donnée aux militants des NFD de voter en faveur des candidats de l’UFDG. Nos militants nous ont remonté ces informations après justement avoir voté. Ils nous ont informés qu’ils ont suivi nos instructions. Nous avons pris certains même en flagrant délit en train de faire passer ces messages bien préparés dans les laboratoires de l’UFDG.

Il y a aussi le retrait de beaucoup de cartes électeurs qui appartiennent à des personnes qui ne sont pas là. J’ai vu des responsables de l’UFDG et du RPG en train d’utiliser ces cartes pour utiliser dans des méthodes illégales, faire voter des gens à travers ces cartes électeurs. Nous considérons que ça aussi, ce sont des mauvaises pratiques.

Il y a aussi la mauvaise qualité des ancres indélébiles qui a favorisé certains de voter plusieurs fois. C’est dommage qu’il y ait ces anomalies, qu’il y ait ces manouvres de fraude notamment de l’UFDG et du RPG, c’est ce que nous dénonçons. Et nous informons l’opinion nationale et internationale sur ces agissements les faits de ces deux formations politiques qui sont en train d’entacher la crédibilité du vote ».

Souleymane Taran Diallo, tête de liste de l’UFDG à Ratoma

« C’est un sentiment de satisfaction que le vote ait pu avoir lieu »

« C’est un sentiment de satisfaction que le vote ait pu avoir lieu puisqu’il était attendu il y a bien longtemps. Donc nous sommes contents qu’il ait pu avoir lieu malgré quelques imperfections, malgré des plaintes récurrentes, mais l’élection a finalement eu lieu.

Quant au bilan, je ne peux pas évoluer de ce point vu parce que je n’ai aucun résultat pour le moment, mais le fait que les élections soient organisées, c’est positif.

C’est un peu prématuré, tant que je n’ai pas certains résultats, je ne peux pas dire que les irrégularités peuvent ou pas entacher la crédibilité de l’élection ».

Aboubacar Biro Soumah, tête de liste de l’UFC à Dixinn

« Les élections se passent à 80% dans les règles de l’art »

« C’est un sentiment de satisfaction. Pour le moment nous sommes dans les décomptes qui viennent de commencer. D’ici 22 heures nous aurons les 80% de résultat des bureaux de votes à Dixinn. Donc pour le moment, on veille bien sur les bureaux de vote.

Il y a eu un bureau de vote, les urnes ont été transférés dans une maison pour faire le décompte, Mais les électeurs ont réagi, ils m’ont fait appel. Je suis allé là-bas constater les faits, j’ai appelé automatiquement la CECI, qui est venu régler le problème. Donc, les élections se passent à 80% dans les règles de l’art. Malgré, nous avons saisi ce matin un bureau fictif, nous avons informé la CECI qui a éliminé le bureau. Il y a eu un notre bureau qui a connu des irrégularités, mais la CECI est venue aussi pour corriger les anomalies. Et ce soir, on vient de me signaler vers Hafia qu’il y a certains bureaux de vote qui n’ont pas des PV et qui sont en train de compliquer la centralisation. Donc pour le moment je peux dire que ça se bien ».

Mory Diakité, tête de liste de l’UPR à Matoto

« Le vote s’est passé dans de très bonnes conditions »

« Le vote s’est passé dans de très bonnes conditions et je souhaiterai que ça continue dans ces conditions et que le meilleur gagne. Quand je dis que le meilleur gagne, celui-là que Dieu a choisi. Qu’il soit à la tête de la mairie et qu’il puisse faire face aux problèmes de la commune. Mes sentiments sont les meilleurs et je reste convaincu que c’est la jeunesse de Guinée qui va gagner.

Une élection quoi qu’il en soit, il y aura toujours des anomalies. La CENI m’avait informé qu’il ne devait pas y avoir plus de 10 procurations et plus de 5 dérogations, malheureusement, ça n’a pas été respecté. Mais moi, j’accepte les choses telles qu’ils sont pour que la Guinée puisse aller de l’avant. On apprend chaque jour, j’espère que dans l’avenir tout ceci se règlera ».

Propos recueillis par Sadjo Diallo   

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account