Elections locales : le président de la CESPI de Manéah parle des préparatifs et des dispositions prises

Politique

Manéah est l’une des sous-préfectures de Coyah située sur la nationale numéro 1. Elle dispose de 187 bureaux de votes pour une population de 90 467 électeurs et de 15 districts. Ce vendredi, 19 janvier 2018, lejourguinee.com a rencontré le président de la Commission électorale sous-préfectorale indépendante (CESPI ) de la localité citée ci-haut. Comment les préparatifs des élections locales se déroulent-ils ?

 

Abdoulaye Sacko est le président de la CESPI de Manéah. Avec lui, nous avons évoqué les préparatifs des élections locales, les difficultés rencontrées et les dispositions prises pour un bon déroulement des élections prévues le 4 février 2018.

Selon lui, les préparatifs pour les élections locales vont bon train. L’opération de distribution des cartes électeurs se déroulerait normalement même si, affirme-t-il, « les Guinéens ne sont pas habitués à l’application des textes, ce qui entraine un petit ralentissement dans la distribution ».

Contrairement aux élections antérieures, le retrait des cartes électeurs se fait individuellement. « Selon le principe de la Ceni, chaque personne ne peut retirer que sa carte contrairement à avant où un père de famille pouvait retirer les cartes de toute sa famille », affirme M. Sacko.

Ce principe n’est pas sans conséquence dans le retrait des cartes électeurs : « dès qu’ils ont appris la nouvelle, ils ont contesté en nous rétorquant de garder nos cartes. Nous avons procédé à une sensibilisation et ça commence à marcher ».

A part ce bémol, la CESPI est aussi confrontée au paiement des primes des équipes déployées sur le terrain pour la distribution des cartes et la sensibilisation.

« La prime qu’on doit recevoir n’est pas définie jusque-là. Nous avons ces difficultés-là. Chaque fois, les employés nous demandent à combien ils seront payés. Le commissaire chargé de la zone de Coyah a reçu des informations et je lui ai signifié de tout mettre en œuvre pour que le personnel bénéficie de leurs droits », dira-t-il.

Cette élection étant « une élection de proximité », le président de la CESPI note « qu’il y a d’énormes tensions entre les candidats » qui n’auraient pas « trouvé de terrain d’entente par rapport aux différentes commissions qui doivent être au niveau de la centralisation et de la réception des procès-verbaux ».

Amadou Kendessa Diallo

622 48 10 45

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account