Kaly Bah, 1er vice-président de l’UFC, répond à Alpha Condé

Politique

L’Union des forces du changement a tenu son assemblée générale le samedi 7 octobre 2017, sous la présidence de son 1er vice-président Kaly Bah. La dernière plénière de l’opposition et le discours du président de la République lors de la journée internationale de l’enseignant ont été les sujets phares de cette rencontre.

A l’absence du président du parti qui est souffrant, c’est Kaly Bah qui a présidé cette énième assemblée générale de l’UFC. Après la présentation des nouveaux adhérents et les discours des responsables du parti, le 1er vice-président de l’UFC a expliqué les raisons de la suspension des marches de l’opposition annoncée le vendredi dernier au cours d’une plénière. « Nous avons tiré des leçons après la marche du 04. Elle a doublement réussi parce que nous avons non seulement occupé l’autoroute, nous avons occupé aussi l’axe Bambéto. Il y a eu la validation du chronogramme fixant la date des élections le 04 février. Nous avons remarqué qu’il y a eu la mise à disposition de la CENI de 95 milliards pour l’organisation des élections mais cela n’est pas suffisant. Le président de la République a pris l’engagement de mettre à la disposition de la CENI du reliquat du montant pour la bonne tenue des élections le 04 février. Il y a le lancement effectif de l’appel d’offre pour auditer le fichier. Mais cela n’est pas suffisant », indique le numéro 2 de l’UFC, avant  de prévenir la reprise des manifestations si toutefois, le gouvernement s’entêtait à faire mauvais jeu.

« Il y a beaucoup de points qui ne sont pas touchés par rapport à l’accord du 2 octobre. Il y a par exemple la mise en place de la Haute Cour de justice. Il n’y a pas eu l’examen et l’adoption de la loi sur la CENI, il n’y a pas eu l’indemnisation des victimes, la recherche et l’arrestation des coupables des crimes pendant les manifestations. Il y a beaucoup d’autres points aussi. C’est pourquoi, nous avons formé une délégation qui ira rencontrer le ministre de la Justice pour s’enquérir de l’état pour la recherche des coupables de ces crimes » indique Kaly Bah. 

Parlant de la récente sortie du président de la République lors de la journée internationale de l’enseignant, le 1er vice-président de l’UFC estime qu’Alpha Condé est en perte de vitesse. « Il a fait une comparaison entre les premiers régimes et son magistère, c’est vraiment dommage. Il dit qu’il a hérité d’un Etat pas d’un pays, mais rien de tout cela n’existe aujourd’hui », rouspète Kaly Bah.

Au cours de cette assemblée aussi, le directeur de communication de l’UFC a regretté du manque d’engouement suscité par le pouvoir lors de la célébration du 02 octobre. Pour Bangaly Keita, il est inadmissible que la fête de l’indépendance du pays soit célébrée de cette manière. « Nous avons été indignés de cette façon de célébrer, de façon quasiment inaperçue cette date-là. Il est inacceptable dans l’histoire de la Guinée que du fait de la posture des différents systèmes politiques que la célébration de ces dates ne soit pas effectuée », regrette le directeur de communication de l’UFC.

Sadjo Diallo

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account