Kenya: la Commission électorale admet certaines défaillances, dans un mémo interne

Presse Etrangère

Le président de la Commission électorale kényane admet l'existence de défaillances dans la conduite de l'élection présidentielle du 8 août, invalidée par la justice, dans une lettre interne envoyée à son directeur exécutif et divulguée jeudi par la presse.

Le président de la Commission électorale (IEBC), Wafula Chebukati, liste dans cette lettre que s'est procurée l'AFP toute une série d'erreurs commises par son équipe dans l'organisation des élections et demande à son directeur exécutif, Ezra Chiloba, de s'en expliquer.

Saisie par l'opposant Raila Odinga, la Cour suprême du Kenya avait invalidé le 1er septembre la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta en raison d'"irrégularités" relevées dans la transmission des résultats.

La Cour suprême avait observé que l'IEBC avait "échoué, négligé ou refusé" de conduire les élections conformément à la loi.

Dans cette lettre "confidentielle" datée de mardi, dont l'authenticité a été confirmée à l'AFP par un responsable de l'IEBC, M. Chebukati s'étonne ainsi que certains procès-verbaux de bureaux de vote ne présentaient pas les signes d'authentification prévus par l'IEBC.

Il se demande, alors que l'IEBC avait dépensé 848 millions de shillings (6,7 M EUR) pour équiper en téléphones satellitaires les bureaux non couverts par le réseau téléphonique, pourquoi aucun n'a fonctionné.

Il s'interroge aussi sur le fait qu'un compte avec un identifiant et un mot de passe à son nom, créé sans son accord et sans qu'il en ait eu connaissance, ait été utilisé 9.934 fois pour accéder au système informatique de l'IEBC.

  1. Chebukati ajoute ne pas comprendre pourquoi les résultats de 10.366 des 40.883 bureaux de vote ont été envoyés par simple SMS, sans être accompagnés des formulaires censés faire foi. Il note que cela porte sur plus de 4,6 millions de votants (pour 19,6 millions d'inscrits).

Il observe également que 595 bureaux de vote n'ont envoyé aucun résultat. Dans d'autres bureaux, le système d'identification des électeurs n'a pas fonctionné et il demande à M. Chiloba de lui dire combien de personnes ont été autorisées à voter manuellement.

Au sujet du système de transmission électronique des procès-verbaux venus de circonscriptions, il dénonce l'utilisation d'un serveur "poreux", posant un "clair risque sécuritaire".

Enfin, il dit ne pas comprendre pourquoi certains kits de transmission des résultats étaient configurés pour fonctionner avec Orange ou Airtel quand bien même ces opérateurs ne couvraient pas les zones concernées. M. Chebukati ajoute que les tablettes auraient pu être reliées au réseau Safaricom, un autre opérateur contracté par l'IEBC, et qui couvrait lui les zones en question.

Ni M. Chebukati, ni M. Chiloba n'étaient immédiatement disponibles pour commenter le contenu de cette lettre. Une guerre larvée oppose les deux hommes depuis l'invalidation de l'élection.

  1. Chebukati a nommé mardi six personnes chargées d'organiser le nouveau scrutin du 17 octobre, écartant de fait certains hauts responsables de l'IEBC ayant oeuvré sur la première élection, dont M. Chiloba, qui tente de résister à cette décision.

Cinq des sept commissaires de l'IEBC, qui selon la presse locale avaient déjà regretté que M. Chebukati ait procédé unilatéralement à ces nominations, ont indiqué n'avoir pas été informés du contenu de la lettre, ni n'en avoir discuté en séance plénière.

"Une lecture rapide de ce mémo montre que les accusations sont basées sur des informations qui n'ont pas été portées à l'attention de la Commission", ont-ils affirmé dans un communiqué.

"La plupart des questions évoquées ne sont pas basées sur des faits et pourraient facilement mener à de mauvaises interprétations si elles étaient sorties de leur contexte", ajoutent-ils.

Ces divergences montrent combien l'IEBC est désormais divisée, ce qui laisse planer des doutes sur sa capacité à organiser le scrutin du 17 octobre.

AFP

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account