Environnement: surveiller la nature par le web

Environnement

Du 25 au 27 juillet, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a réuni à Conakry une quinzaine de cadres pour les former sur l’utilisation de la base des données géo-référencées des forêts galeries et des têtes de sources d’Afrique de l’Ouest. C’est une carte interactive des forêts galeries et des têtes de sources mise en place en 2016 à la faveur du Partenariat pour la Gouvernance Environnementale en Afrique de l’Ouest. Cet outil permet de comprendre les évolutions de ces importants écosystèmes dans le temps et dans l’espace et ainsi aux décideurs et planificateurs de prendre des décisions sur le niveau de dégradation dans les grands bassins hydrographiques de l’Afrique de l’Ouest.

Selon les organisateurs, dans le cadre du processus d’opérationnalisation de la base des données, il est prévu un transfert des compétences aux utilisateurs (administrateurs) pour la gestion et l’administration du portail web afin d’assurer sa pérennité. La rencontre qui s’inscrit dans ce cadre a permis de préparer les futurs gestionnaires à la gestion de la plateforme et à ka planification des activités à mener pour favoriser sa pérennisation. Les bénéficiaires de la formation sont issus du personnel de l’UICN (administrateurs du site) et des organismes de bassin (rédacteurs).  

Les participants ont appris à utiliser le logiciel QSYS qui permet d’introduire et traiter les données. Selon les organisateurs, les différents organismes des bassins (Bassins de la volta, du Niger, du Sénégal, de la Gambie) et la Mano River Union,  disposent de nombreuses données, mais ils manquent d’outils leur permettant de les croiser pour avoir des données précises afin d’assurer un meilleur suivi et une gestion durable des écosystèmes. Le système ainsi créé va être logé dans un des observatoires à partir duquel les autres vont loger leurs données via l’internet.

Trois volets ont été touchés durant les trois jours d’échanges : renforcement de capacité, financement autonome, formulation des propositions. Dans les conclusions, il est question de continuer à renforcer les capacités des organismes des bassins afin qu’ils puissent jouer leur rôle mais aussi les aider à disposer d’un personnel qualifié. Rappelons que les organismes des bassins sont financés à partir des cotisations des Etats, alors que ces derniers ne paient pas à temps ou ne paient pas du tout ; ce qui explique la précarité dans les organismes de bassins, dit-on. Il est également question de penser aux mécanismes de financement : utilisateur payeurs, pollueurs payeurs, la mise en œuvre du partenariat public privé, mais aussi le prélèvement communautaire dans le cadre de la CEDEAO et l’UEMOA. L’atelier a permis de faire des propositions concrètes devant mener à la mise en œuvre de ces mécanismes.

Rappelons que la rencontre a été organisée par l’UICN, la CEDEAO, le Partenariat Ouest Africain de l’eau GWP-AO en partenariat avec le Gouvernement Guinéen.

Fanta Bah

 

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account