Ouverture des audiences criminelles à Dixinn : la présidente du tribunal promet un procès équitable

Justice

A l’instar des autres tribunaux comme celui de Mafanco et Kaloum, le tribunal de première instance de Dixinn a ouvert ses audiences criminelles ce lundi 24 avril 2017.Ce sont au total 230 affaires dont 70 cas de viols qui ont été inscrites au rôle d’audience dudit tribunal.

A l’occasion de cette cérémonie qui a connu la présence de plusieurs personnalités évoluant dans le domaine juridique et judiciaire de la Guinée, le procureur général près du tribunal de Dixinn Sydi Souleymane N’Diaye est revenu sur  la loi qui donne les tribunaux de première instance les compétences de juger  en matières criminelles.

Selon  Sidy Souleymane N’Diaye, « c’est L’article 25 de la loi n° 2015/019/AN du 13 aout 2015, qui  a disposé, en effet, que le tribunal de première instance statuant en matière criminelle prend la dénomination de tribunal criminel. Au surplus, l’article 379 du code de procédure pénale a indiqué que le tribunal de première instance est compétent pour connaitre les crimes, délits et des contraventions ».  

« C’est sur le fondement de ces dispositions, dit-il, que le tribunal de première instance de Dixinn commence aujourd’hui le jugement des affaires criminelles », ajoute le procureur N’Diaye.

Parlant du nombre de dossiers à juger courant ces audiences criminelles, le procureur de Dixinn a fait savoir que sa juridiction a, à travers trois formations différentes va juger 230 affaires dont 70 cas de viols, 61 cas de vols à main armée et 31 cas d’associations de malfaiteurs.

De son coté, la présidente du tribunal de Dixinn, Hadja N’Balou Keita, a rassuré la tenue d’un procès équitable sur les dossiers inscrites sur le rôle. « Au cours des audiences qui vont commencer, il me plaise de rassurer déjà le public de la tenue de procès équitables qui tiendra compte du respect de tous les principes gouvernant un  procès pénal, à savoir le principe de la présomption d’innocence et du respect des droits de la défense », indique Hadja N’Balou Keita.

Avant de souligner que la tenue des audiences criminelles par les tribunaux de première instance accorde un double avantage. « Ça permet aux accusées de bénéficier désormais du principe de double degré de juridiction, mais aussi et surtout de la célérité dans le traitement des dossiers, ce qui constitue une avancée notable dans l’évolution de notre système judiciaire », rassure-t-elle.

A la suite de l’appel nominatif des dossiers par la présidente du tribunal, les avocats de la défense ont sollicité un renvoi à quinzaine pour rentrer en connaissance des dossiers. Une demande que le tribunal a accepté en renvoyant pour le lundi 8 mai 2017 pour les débats au fond.

Ibrahima Hôre Saala BAH

+224 664 64 48 95

 

 

 

 

 

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account