Journée mondiale santé-sécurité au travail: le code de travail guinéen doit être respecté …

Société

A la faveur d’une rencontre d’échanges,  organisée par Ergo Risks Consulting, ce matin à Conakry, une dizaine de journalistes ont échangé sur la question santé-sécurité au travail. Cette rencontre est organisée en prélude à la célébration de la journée mondiale santé-sécurité au travail prévue le 28 avril de chaque année. En Guinée, le constat est peu reluisant.

Il y a très peu d’entreprises qui disposent en leur sein d’un département santé-sécurité au travail. Or, le code de travail guinéen l’exige. C’est pourquoi, le directeur général du cabinet Ergo Risks Consulting, Ousmane Fatoumata Camara, demande à l’Etat guinéen d’exiger à toutes les entreprises évoluant dans le pays le respect strict des dispositions du code de travail en créant un département santé-sécurité au travail (SST) à l’image des autres pays. M. Camara déplore les pertes en vies humaines et autres handicaps à vie causés par le non-respect des règles santé-sécurité au travail dans notre pays.

Selon lui, la création dans toutes les entreprises d’un département SST permet non seulement de créer de l’emploi mais aussi d’éviter les accidents de travail.

Des études, précise-t-il, ont démontré que les accidents de travail coûtent 4% au produit intérieur brut (PIB) mondial.

Ousmane Fatoumata Camara poursuit en disant que suivant les normes internationales, il y a 9 principes pour prévenir les accidents de travail. Ce sont entre autres  éviter les risques ; évaluer les risques inévitables ; combattre les risques à la source ; adapter le travail à l’homme ; tenir compte de l’évolution technique ; remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas ou l’est moins ; planifier la prévention ; prioriser la protection collective ; avoir une instruction appropriée.

Pour développer le métier de SST dans les entreprises, il demande à l’Etat guinéen  de prendre toute sa responsabilité à travers le respect rigoureux du code de travail.

 D’après lui, le Chef de l’Etat peut par exemple, comme c’est le cas dans les pays qui nous entourent, signer un décret qui dit ceci «la santé et la sécurité au travail est obligatoire dans toutes les entreprises ». Cela, argumente-t-il, peut sauver beaucoup de Guinéens.

Alhassane Barry

 

 

 

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account