Assemblée générale de l’ACAME : le cadre juridique, la contrefaçon et la vente illicite des médicaments abordés par les centrales d’achats

Santé

Les travaux de la XIXème assemblée générale de l’Association Africaine des Centrales d’Achats de Médicaments Essentiels(ACAME) et la deuxième journée pharmaceutique de Guinée se poursuivent à Conakry. Au cours de cette deuxième journée d’activité, les acteurs de la santé membre de la structure ont pensé sur un certains nombres des Thématiques liées au cadre juridique, la contrefaçon des médicaments et la vente illicite.

S’exprimant sur ces sujets, le directeur général de la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG) Dr Moussa Konaté a rappelé que la mission principale qu’une centrale d’achat est l’approvisionner les médicaments aux structures sanitaires du pays.

C’est pourquoi dira-t-il, que l’organisation de la deuxième journée pharmaceutique en même temps la 19ème assemblée générale de l’Association Africaine des Centrales d’Achats de Médicaments Essentiels(ACAME), est une opportunité pour tous les acteurs évoluant dans le domaine des médicaments de se retrouver pour discuter sur des questions liées à l’amélioration et l’accessibilité des médicaments aux populations.

« Au tour de la table ronde qui est en train de se dérouler actuellement, vous avez des directeurs des Centrales d’Achats de Médicaments dans les pays africains mais aussi des institutions internationales comme l’OMS. La retrouvaille de tous ceux-ci c’est pour débattre sur la question de la problématique des médicaments dans les structures sanitaires », affirme Dr Moussa Konaté.  

Et d’ajouter, « le thème centrale retenu cette année est les centrales d’achats 20 ans après leurs créations est ce qu’elles sont toujours capables d’approvisionner des médicaments de qualité. Si oui il n’y a pas de problème. Si non on trouve quelle stratégie elles doivent adopter pour approvisionner les structures sanitaires. Ce sont ses débats qui sont en train de se dérouler  ».

Le directeur général de la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG) a rassuré que les premières bénéficiaires de cette rencontre sont la population. Selon lui, tout ce qui se dira au cours de cette rencontre, sera uniquement dans l’intérêt de la population.

« S’il n’y a pas des médicaments, il n’y a pas de programme de santé et il n’y aura pas de développement. Nous de la pharmacie centrale de Guinée, nous comptons tirer profit de cette assise  parce que depuis hier nous sommes en échange d’expérience avec d’autres camarades. La pharmacie centrale de Guinée a communiqué aux autres centrales d’achats l’expérience qu’elle a eut par la gestion de la crise Ebola », soutient-il.  

Parlant du contre façon et la vente illicite Dr Moussa Konaté a affirmé que ces ensembles sont contraires à la voie lucide des médicaments. Pour lui, les débats qui vont avoir lieu vont donner des pistes de solution pour essayer d’aboutir à des conclusions.

« Il y’ aura des propositions, des prises de positions mais aussi des  moyens techniques pour que chacun sache que c’est que je faisais était légal, ça permettait de rendre les médicaments disponible et protégeait la population. Dès qu’on a tous ces informations, j’en suis convaincu que  chacun de nous pourra tirer profit », rassure, Dr Konaté.

Sur le plan institutionnel et juridique, le directeur du PCG dira que la question fondamentale de la pharmacie centrale de Guinée c’est son statut juridique. Dr Konaté  a reconnu que le PCG est un établissement public à caractère industrielle et commerciale, mais tout de même, il soutient que le processus de changement statutaire avance très bien.  

« L’état a son rôle régalien de veiller au bon fonctionnement de la structure car, la santé est un droit pour les citoyens. Mais pour cela, il définit un cadre juridique qui permet de rendre le médicament disponible et pluriel. Et nous acteurs qui sont sur le terrain nous somme tenues obliger de s’engager au fond élaborer des stratégies pour y arriver », martèle Dr Konaté.

« Mais une vision sans actions concrètes est un cauchemar. Les actions concrète sans vision est une perte de temps. Donc Nous essayons de concilier les deux pour que dans les prochains jours où mois on puisse dire qu’en Guinée les médicaments sont disponibles et à coût abordable », promet le DG de la Pharmacie Centrale de Guinée.

Ibrahima Hôre Saala BAH

+224 664 64 48 95   

 

 

 

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account