Artisanat : ces meubles en rotin très prisés par les Guinéens 

Société

La fabrication et la vente des meubles en rotin occupent une place très importante dans l'embellissement des maisons à Conakry. Ces œuvres artistiques sont convoitées et appréciées par les citoyens.

Les œuvres faites en rotin sont visible dans la plupart des quartiers de Conakry. C’est le cas à Dabompa, à Kakimbo ou au niveau du centre ville de Kaloum précisément au carrefour sureté pour ne citer que ceux-ci. La réalité est visible dans tous ces endroits cités plus haut. Ce sont des fauteuils, des tables, des lits, des bibliothèques et autres objets de maison qui sont fabriqués par des jeunes artisans.

Comme tout autre métier, celui des ébénistes a aussi ses difficultés nous a confiés Aboubacar Sylla, ébéniste à Dabompa. "Il y a deux types de rotin,  le gros bois avec lequel on fait la carcasse et les petits bois pour la finition.  Avant, au temps du deuxième régime, un rotin s’achetait à 25 GNF, et aujourd’hui il se négocie entre 500 à 1000 GNF, selon la qualité", explique-t-il.

En plus de la hausse du prix du matériel, Aboubacar Camara soutient qu’il rencontre d’autres difficultés.  "Il y a d’abord la rareté des clients, parce que parfois, on peut rester 2 à 3 semaines sans qu’il n’y ait des achats. Et on prend les rotins à Nzérékoré, au Fouta, à  Kankan, à Macenta, et dans certains villages de la Basse Côte, mais la saison pluvieuse nous fatigue beaucoup parce que ces matériels seront rares à cause de la montée des eaux dans les rivières", souligne le maitre ébéniste.

Fodé Bangoura pratique ce métier d'ébéniste depuis une décennie. Mais, selon lui, il s’en sort bien malgré la conjoncture. "On fait les lits par commande  parce qu’on ne peut pas le faire et l’exposer sans qu’il n’y ait des clients. Ça sera une perte pour nous. La table avec la vitre, c’est à 500 mille GNF et avec le contreplaqué on le revend à 400 mille. Si les clients veulent le complet pour le salon, on leur vend à 2 millions 500 ou à 3 millions. Mais parfois, avec des discussions, ils payent petit à petit 1 à 2 millions, et après ils nous envoient le reste",  souligne M. Bangoura.    

De nos jours, nombreux sont les citoyens qui sont attirés par les meubles faits en rotin. C’est le cas notamment de Mamadou Adama Diallo qui dit préférer les meubles en rotin, à cause de leur confort.

"J’ai meublé mon salon avec les rotins. C’est vraiment beau. En tout cas, j’aime la qualité du bois. Et je pense aussi que les prix sont accessibles et ils sont très faciles à transporter.  Vous voyez les fauteuils, c’est légers et très confortables", apprécie ce client

Au regard du courage de ces ébénistes, on peut conclure qu’il n’y a pas de sous-mériter.

Ibrahima Hôre Saala BAH

+224 664 64 48 95

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account