Affaire 28 septembre 2009 : du nouveau dans le dossier guinéen

Société

C'est avec une grande surprise que le président de l'Institution nationale des Droits de l'Homme a exprimé le souhait de voir ce dossier brûlant de la justice connaître une avancée significative. Mamady Kaba a été clair.

Le président de l’institution nationale indépendante des droits de l’Homme a, sans langue de bois, émis son souhait de voir le dossier du 28 septembre transférer au niveau de la Cour Pénale Internationale (CPI) dirigée par la Gambienne, Fatou Bensouda. Vu la sensibilité du dossier, Mamady Kaba estime que la Guinée n’est pas en mesure de le traiter ici en Guinée.

Justifiant sa position, le président de l’INIDH  évoque la sensibilité du dossier.

"Vous savez, ce des dossiers assez sensibles et donc je pense que c’est déjà une évolution que nous ayons eu le courage d’exprimer cette position. Parce qu’à l’état actuel des choses, il y a un nationalisme étroit qui abrite la Guinée et les responsables du pays. Nous n’osons pas affirmer nos faiblesses", fustige-t-il.

Pour lui, "la réalité est que déjà le débat soit posé sur la capacité de la Guinée à gérer le dossier. La prochaine étape sera différente mais de toutes les façons, c’est un premier pas".

Pour un procès équitable, Mamady Kaba, souhaite le transfèrement du dossier au niveau de la CPI.

"Je pense qu’il faut transférer le dossier soit à la Cour Pénale internationale ou créer une juridiction supranationale ad-hoc qui aura des compétences étendues, l’efficacité l’indépendance nécessaire, pour nous donner un procès susceptible d’être accepté par tout le monde", réclame-t-il.

Mohamed Sylla pour lejourguinee.com   

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account