Réforme des FDS : Les journalistes guinéens à l’école du PNUD

Ils sont plus d’une quarantaine de journalistes à suivre une formation sur les concepts, les principes et le mécanisme du contrôle civil et démocratique des forces   de défense et de sécurité  en République de Guinée. 

L’atelier de deux jours a été lancé ce jeudi à Friguiagbé (Kindia) en présence des autorités régionales. Il est organisé par le Programme des Nations-Unies pour le Développement  (PNUD).  

A l’ouverture des travaux,  l’expert du  PNUD chargé de la reforme dans le secteur de la sécurité,  le colonel Mahamane Ousmane,  a rappelé  le contexte du processus de la reforme dans le secteur de la sécurité (RSS) en Guinée. 

 Selon  lui, cet atelier fait suite à l’évaluation dudit secteur en mai 2010  par la CEDEAO avec l’appui de l’Union Africaine  et de l’ONU, pour répondre aux défis identifiés. Cette réforme a été engagée par les autorités guinéennes avec la collaboration  du PNUD à travers le Fond des Nations Unies pour la consolidation de la paix, a-t-il déclaré. 

Et d’ajouter au passage que « ce processus de réforme est destiné à faciliter la compréhension des mécanismes de contrôle  et à réviser le dispositif législatif et les mécanismes de contrôle civil et démocratique des forces de défense de la sécurité (FDS) ».

Ainsi, le colonel Mahamane  a souligné que ce projet est l’une des premières phases prioritaires de consolidation de la paix en Guinée. Son objectif est de favoriser la connaissance entre FDS, acteurs de contrôle et société civile d’une part et d’autre part, informer et sensibiliser la population sur la RSS et le contrôle civil et démocratique des FDS.

Par ailleurs, a-t-il indiqué, les médias ont un rôle capital à jouer, qui s’inscrit dans le cadre de l’information, de la sensibilisation et de la participation de la population dans ce  processus.

De son côté, le gouverneur de la région de Kindia, Mme Sarangbé  Camara, s’est réjouie de l’implication des médias dans ce processus de reforme dans le secteur de la sécurité. 

«  Cet atelier de formation vise à amener le médias de façon responsable à jouer leur rôle dans le processus de contrôle civil et démocratique des forces de défenses  de sécurité. Il s’agit de suivre cette formation  avec les  techniciens en la matière, pour permettre aux participants d’être suffisamment outillés,  pour jouer le rôle dans le strict respect de l’éthique et de la déontologie de la profession » dira-t-elle.

Elle a  déploré les manquements à l’éthique et à la déontologie par  bon nombre de journalistes guinéens. Alors que, poursuit-elle,  la mission des médias est d’informer de façon objective, éduquer, sensibiliser les  populations.

Mariama Woundé DIALLO, envoyée spéciale à Kindia

64 71 04 30