N’Zérékoré : Les populations ont boudé la fête du 2e anniversaire d’Alpha Condé au pouvoir

Le 21 décembre, la ville de N’Zérékoré a accueilli la fête du deuxième anniversaire de l’investiture du Président Alpha. L’initiative est de APROSY (Association des promoteurs et sympathisants de la Guinée forestière). 

Bien qu’annoncé, le Chef de l’Etat s’est fait représenter par sa ministre d’Etat à la présidence de la République et Coordinatrice nationale du RPG-arc-en-ciel Mme Konaté Nantenin Chérif, les ministres Edouard Niankoye Lamah de la Santé et de l’hygiène publique, Togba César Kpoghomou de la Communication et Ibrahima Kourouma de l’Enseignement pré-universitaire et de l’éducation civique, Colonel Moussa Tiègboro Camara du Secrétariat d’Etat chargé de la lutte anti-drogue et des crimes organisés, Colonel Pivi de la Sécurité présidentielle et autres cadres administratifs.

Si l’ambiance ponctuée de défilé de différentes couches socio professionnelles, de prestations artistiques et de discours, était plus ou moins festive, la mobilisation de la population était disproportionnelle de la taille de la région administrative de N’Zérékoré. De l’avis de nombreux observateurs, le changement prôné par le Président de la République tarde à annoncer ses couleurs. Aux nombreuses promesses électorales, ce sont superposées d’autres, toujours non tenues. 

Les récents massacres de Zogota, le soulèvement contre le préfet de Beyla et les affrontements de Guéckédou du 10 et 11 décembre ont ajouté leur lot de frustrations dans la tête des populations de la région forestière. L’heure n’était vraiment pas à la fête. Pour changer la donne, tous les moyens ont été utilisés pour mobiliser du monde sur l’esplanade de la préfecture.  

Selon des informations, les organisateurs sont partis mobiliser même dans les confins de N’Zérékoré, des villageois pour essayer de remplir la place publique. Paraît qu’il s’agit là d’une tactique de mobilisation régulièrement recourue en pareilles circonstances. Mais qui risque de ne plus faire recette. A cause du fait que ceux qui les déplacent ne se soucient que de leur arrivée. Une fois l’événement terminé, les pauvres se débrouillent tous seuls pour rentrer. L’autre recours a été l’école. Les professeurs et élèves ont quitté les salles de classe pour venir défiler devant les invités. Bien qu’il soit jour ouvrable. 

Un carnaval a fait le matin le tour de la ville, dans l’espoir de mobiliser plus de personnes. Il n’a été suivi que par les curieux  tout-petits. Pour se conformer aux ordres reçus, le grand marché a fermé pendant la matinée, mais le commerce continuait en bordure de route.  Les taxis motos circulaient comme d’habitude et la gare routière grouillait de monde. Bref chacun vaquait à ses occupations quotidiennes. La fête ce n’était qu’à la préfecture. Certains ont justifié leur absence à la fête par la prière du vendredi.

En attendant les chantiers du 55e anniversaire de l’indépendance nationale

La célébration du deuxième anniversaire de l’investiture du président Alpha Condé à la tête de la Guinée est un prélude à la prochaine fête nationale, marquant les 55 ans d’indépendance du pays. A dix mois du jour J, aucun chantier n’est visible dans la ville de N’Zérékoré, s’est désolé un citoyen déçu. Même qu’il est certain que l’unique route en cours de bitumage dans le centre-ville, serait le fruit d’un préfinancement sous le CNDD du Capitane Moussa Dadis Camara, ex-chef de la junte guinéenne. Lorsqu’on sait que même avec la première expérience de Boké, les chantiers n’ont pas été terminés à temps, l’on se demande si la fête sera belle à N’Zérékoré aussi, le 2 octobre 2013. Rien n’est moins sûr. Du côté de Sékhoutouréyah, on demande aux populations de la Guinée forestière d’observer le calme afin de permettre au président Alpha Condé de matérialiser ses ambitions de développer la région. Un programme qui lui tiendrait à cœur pour la simple raison que la région a contribué à son élection, justifie-t-on.

Diao Barry, envoyé spécial