Top Stories

Grid List

A l’occasion de sa rencontre hebdomadaire dénommée ’’les lundis de l’harmattan’’, Aboubacar Sidi Sow, écrivain de son état, a eu le privilège de présenter son livre "les mystères de la conscience" au public. Ce, grâce à la maison d’édition Harmattan-Guinée.

Dans ce livre de plus de 200 pages, l’auteur s’est intéressé spécifiquement de la situation sociopolitique de la Guinée. Selon lui, ce sont les intellectuels qui sont  à la base de tous les  problèmes que traversent les citoyens du pays.

"J’ai trouvé certains maux dans notre monde  tel que le divorce, la science et la religion, la guerre froide et la prise en otage de l’Afrique  par les idéologues. Je me suis dit  qu’il faut trouver une nouvelle méthode basée sur le formalisme mathématique que j’ai appelé la loi du théâtre.  Cette loi du théâtre se trouve dans tous les grands livres comme le Coran et la Bible".

Poursuivant  son intervention, l'écrivain dira ceci: "on parle toujours des chiffres 3, 7 et 10. En fait, c’est la loi du théâtre dès que vous entendez ces chiffres vous pouvez faire attention. Vous pouvez classifier  toujours ces 7 en différents groupes. Cela peut vous dire qu’il y a 7 couleurs de l’arc-en-ciel, il y a sept groupes et périodes de tableau périodique des éléments chimiques".

Pour prouver  la  mauvaise foi des politiciens, M. Sow accuse: "je vous dis que les politiciens utilisent la religion, les  ethnies et les  parents  comme leurs armes. Pour éviter  cela, dès au début il fallait créer une société de volonté positive ou il faut donner la chance a tous les citoyens".

Il faut noter que l’écrivain, Aboubacar sidi Sow, est un professeur de mathématique résidant aux Etats-Unis.

Aboubacar Pastoria Camara

 

Dans le souci de sensibiliser, d’éduquer  la population et surtout de défendre les plus misérables, un jeune  guinéen diplômé en philosophie à l’Université de Sonfonia, a présenté son projet d’écriture cette semaine à Conakry intitulé "La pitié dans le mortier".

Tout d’abord, il a évoqué ce qui l'a motivé à se mettre dans ce combat qui est très difficile pour beaucoup de personnes. Pour Souleymane Koita, cette réflexion est venue après un constat sur la vie des gens qui passent tout leur temps à mendier. C’est un projet d’écriture qui n’est pas encore édité ni publié.

"Comme L’harmattan-Guinée fait la promotion  des jeunes écrivains guinéens, c’est ma façon de contribuer à l’amélioration de tout ce qui sera fait pour que le projet Conakry capitale mondiale du livre en 2017 soit un projet positif", a-t-il déclaré.

 Il a précisé que c’est un recueil de poésie  composé d’une cinquantaine de poèmes qui traitent les sujets de la société. "Il n y a pas eu d’abord d’édition ni de publication. Je suis venu ici montrer à l’harmattan-Guinée de quoi je suis capable", ajoute-t-il.

Pour terminer, il a rappelé qu’il s’intéresse à tous les domaines de la vie et même la politique. "J’ai un texte intitulé ‘’le jeune de Guinée’’ qui est consacré aux politiques qui nous manipulent, qui demandent de prendre des cailloux et brûler les pneus. Ce texte parle des politiques qui ne sont pas conscients que nous jeunes sommes le pilier du développement de la nation. Quand vous lirez ce texte, j’ai non seulement dénoncé le comportement de nous jeunes qui sortons dans la rue pour manifester, j’ai également dénoncé le comportement du politicien qui n’a pas  pitié de  la jeunesse  et la  pousse à une révolte", conclut-il.

Aboubacar Pastoria Camara pour lejourguinee

La 2éme journée culturelle dédiée à  Cheikh Ahmadou Bamba organisée par la Daara Hizbut-Tarqiyyah  a tenu toutes ses promesses avec un festival religieux aux sons et lumières extraordinaires.

Dès huit heures du matin , le stade était envahi par les fidèles musulmans particulièrement les mourides venus répondre à leur manière à cet appel.

C'est vers 15 heures que la cérémonie a démarré avec le récital du Saint Coran par les enfants de bas âge, la prestation des kurels de khassaïdes sans oublier les thèmes abordés sur l'Islam, le Mouridisme.

Le Khalif Général était représenté par Serigne Fallou Ibn Serigne Souaïbou Mbacké, le gouvernement par une très forte délégation sans oublier les familles religieuses

Le fait marquant de cette journée est la remise d'un exemplaire du Saint Coran écrit (rédigé) en une journée par les talibés de bas âge au représentant du Khalife Général.

Elle fut accompagnée par des remises de diplômes aux concernés mais surtout des exemplaires du coran remis aux soxnas venant de POROKHANE qui, elles aussi, ne sont pas en reste.

La prestation du kurel 313 a fait chaviré le stade car personne ne pouvait se retenir pour magnifier la grandeur de Serigne Touba.

Le spectacle a répondu à l'attente de tous ceux qui se sont déplacés car tout graviter autour de l'Islam. Le clou de la soirée sera marqué par les jets de pétards lors de la prestation du KUREL 1 de la Daara de Dakar qui a retenu en haleine le public sans oublier le Zikh des Bayes FALL.

C'est avec un cœur rempli de joies, d'émotions que les fidèles talibés sont retournés avec le sentiment de partager des moments exceptionnels  au service de Cheikh Ahmadou Bamba.

Ce lundi 18 juillet 2016 était prévu des Panels et une Conférence à l'UCAD 2 mais compte tenu des surcharges du programme, le Comité de Pilotage a jugé nécessaire de les surseoir tout en présentant leurs sincères excuses mais promet que ce n'est qu'une partie remise. Le comité remercie tous ceux qui de prés ou de loin les ont soutenus pour la réussite de ces journées culturelles

Alpha Sidibé, depuis Dakar pour lejourguinee

Après une journée très mouvementée dans plusieurs axes routiers de la capitale suite à la colère des conducteurs des taxi-moto due à l’interdiction de circuler à Conakry et environs la veille par le gouverneur et la police routière, le gouvernement, à travers un communiqué, rendu ce mardi soir, 23 août 2016 par le ministre Oyé Guilavogui  sur les ondes des medias publics est revenu sur cette décision unilatérale. Voici les précisions du ministre Oyé Guilavogui.

"Dans le cadre de l’amélioration de la sécurité routière dans la ville de Conakry et de la mobilité de la population, je voudrais rassurer les habitants de la capitale de la volonté du gouvernement de prendre toutes les mesures réglementaires pour assurer la sécurité des populations précisément dans les transports par motos-taxi pour donner l’occasion à certains travailleurs de continuer à exercer leurs activités dans un secteur qui offre l’opportunité à de nombreux jeunes de trouver un emploi.

Dans ce cadre, l’Etat soucieux de la sécurité de l’ensemble des citoyens conditionne l’exercice de cette activité de motos-taxi au respect d’un certain nombre de règles de circulation, de sécurité et de sûreté de nos routes.

Le ministre des transports recevra les représentants des conducteurs de motos-taxi pour discuter de ces mesures qui avaient été déjà prises en 2010. J’inviterais prochainement les responsables de la sécurité routière, le syndicat des transporteurs à veiller sur le respect rigoureux de ces mesures envisagées".

Aboubacar Pastoria Camara 

 

Le courant ne passe plus entre Ansoumane Kaba de l'entreprise Guiter et l’ancien président par intérim du Conseil national du patronat-Guinée, Sékou Cissé. Les deux personnalités veulent toutes être à la tête de l'institution patronale. LA dichotomie entre eux ne date pas d'aujourd'hui  mais d'il y a quelques mois.

Ansoumane Kaba et Sékou Cissé se livrent une guerre médiatique pour attirer la sympathie des uns et des autres. Mardi, 23 août 2016, l'ancien président par intérim de l'organisation patronale, Sékou Cissé a organisé une conférence de presse pour informer les 25 fédérations du CNP-Guinée de la tenue d'un congrès le 27 de ce mois à Conakry.

Dans sa communication, il a précisé qu’il est le seul responsable qui a le droit d’organiser le congrès. De passage,  dira-t-il, c'est Mamadou  Sylla -ancien président du CNP et actuel député de la mouvance présidentielle- qui a imposé Ansoumane Kaba comme président sans le consentement des membres des différentes fédérations. 

"La justice guinéenne a demandé à toutes les parties de sursoir à toutes activités afin de rendre sa décision dans le procès qui opposait Elhadj Mamadou Sylla et Sékou Cissé sur la présidence de cette organisation", a-t-il déclaré.

Poursuivant son intervention, le président par intérim jusqu'à l’organisation du congrès a souligné que le congrès du 23 avril 2016 n’a jamais été validé par la justice.

C'est dire donc que toutes les fédérations du Conseil national du CNP-Guinée sont conviées le 27 août prochain  pour  élire leur tout nouveau président. La guerre pour la présidence du patronat ne fait que commencer.

Aboubacar Pastoria Camara

 

M. Samuel Mebiame a été arrêté par les autorités américaines à New York le 12 août 2016. Une plainte pénale a été déposée contre lui auprès des juridictions pénales fédérales aux Etats Unis.

Selon ce document, l’arrestation s’inscrit dans le contexte d’une enquête pénale de grande envergure impliquant un fonds d’investissement américain et concernant des faits de corruption dans plusieurs Etats africains, dont notamment le Tchad, la Guinée et le Niger.

Le Gouvernement de la Guinée et les autorités judiciaires pénales guinéennes suivent attentivement l’affaire Samuel Mebiame et mèneront toutes les investigations nécessaires pour aider les autorités américaines à faire la lumière sur les allégations en lien avec la Guinée.

L’existence d’une enquête en cours impose toutefois de s’abstenir de commenter l’affaire publiquement à ce stade.

Le Gouvernement guinéen demeure à la disposition des autorités américaines, avec qui il a déjà collaboré et continue de collaborer étroitement, pour apporter toute l'assistance nécessaire à la procédure en cours aux Etats-Unis.

La Cellule de Communication du Gouvernement

 

Le ministère de l'Enseignement pré-universitaire et de l'Alphabétisation a publié ce 27 juillet 2016 les résultats du Bac unique, session 2016. Plus de 50% n'ont pas eu l'examen malgré une amélioration de plus de 3% par rapport à la session 2015, indique le ministère en charge du secteur. Voici les résultats par option.

Cliquez ici: http://zoneafrique.net/2016/07/27/bac-2016-voici-resultats-definitifs/

Avec le concours des équipes du Ministère de l'Enseignement Pré-Universitaire et de l'Alphabétisation, et pour la deuxième année consécutive, vous pourrez retrouver l'ensemble des résultats des épreuves du Baccalauréat 2016 sur gouvernement.gov.gn après 20h.

Pour rappel, cette année 2016, le taux de réussite est de 42.27% sur l'ensemble du territoire national soit un total de 36.781 admis sur 87.010 candidats ayant composé.

 

 

Après la proclamation des résultats des examens d’Entrée en 7ème année  et du Brevet d’Etude Premier Cycle -BEPC-,  les différents  candidats au baccalauréat unique session 2016 attendent impatiemment la proclamation de leurs  résultats.  Des résultats qui pourraient être publiés aujourd'hui. C’est pourquoi, l’impatience gagne du terrain chez la plupart des candidats pour se situer par rapport à leur sort.  

Mamady Kaba, candidat redoublant au bac  en sciences sociales,  très serein, nous livre ses sentiments d'impatience: "je suis optimiste et serein, car,  je sais que j’ai beaucoup travaillé cette année dans la plupart des matières exceptées  en maths.  C’est pourquoi, j’ai envie de connaître mon sort".  Selon lui,  les sujets étaient  abordables cette année. "Les sujets ont été abordables, il n’ya pas eu de sujet de piège cette année à mon égard. Ce qui n’était pas le cas dans les années antérieures. Comme on a l’habitude de dire que la réussite est au bout de l’effort", dit-il.

Quant à  Maimouna Barry, candidate en sciences expérimentales, elle a déclaré que les sujets étaient délicats. "L’examen  a été vraiment très dur pour moi. Chaque jour qui passait nous faisait regretter le précédant. Dans notre centre d’examen, chacun se posait la question de savoir comment les professeurs ont choisis les sujets. On dirait qu’ils ont l’intention de nous coller. Je n’ai jamais rencontré des telles difficultés depuis que j’ai mis pied à l’école, tellement que c’était sérré dans les salles. On ne pouvait même pas tourner la tête à plus forte raison communiquer entre nous candidat.  

Pour être plus simple, je dirai que, je ne suis pas à 100% optimiste, parce que nous connaissons tous comment les correcteurs corrigent les feuilles", regrette-t-elle.

Il faut rappeler que cette année à l’instar des années précédentes,  les examens nationaux en général ont été ponctués des irrégularités. Et ce, non seulement à la surveillance mais aussi à la correction où le choix n’est pas toujours reluisant,  apprend-on.

Amadou Tidiane Bah (stagiaire)

Après une enquête dans les quatre régions naturelles de la Guinée, les jeunes chercheurs en collaboration avec Search for Common Ground ont présenté vendredi leur rapport à Conakry.

Tout d’abord, Mr .Sosthène Nsimba, le coordinateur  régional du (SFCG) a,  dans un discours,  rappelé que c’est un  enquête qui  a depuis mars 2014. "Ce projet à trois aspects novateurs. Elle concerne, ensemble, trois pays à savoir la Sierra Léone, la Guinée et le Liberia", a-t-il précisé.

"En Guinée, trente six jeunes ont été réunis, au Liberia vingt cinq et en Sierra Léone vingt cinq", ajoute M. Nsimba.

Pour sa part, le coordinateur  des jeunes de l’Union du fleuve Mano et chercheur,  Aboubacar Condé, a souligné qu’il parle de l’enquête et de recherche. Ce qui veut dire qu’ils ont des résultats.

Les enquêteurs notent que dans ces trois Etats, il y a de la violence intercommunautaire et de la violence de rue. "C’est une violence qui se fait dans plupart des communautés. Ce sont les jeunes qui sont très souvent à l’avance dans le cadre de la manifestation de cette forme de violence", expliquent-ils.  

Le représentant du ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et  de l’Enfance  -MASPFE-,   Sékou Konaté, a promis de transmettre officiellement les préoccupations des jeunes et des enfants de Guinée. "C'est un message fort adressé aux autorités des pays concernés", conclut-il.

Aboubacar Pastoria Camara

Le gouverneur de la ville de Conakry vient de subir un nouveau revers après le camouflet que le président de la République lui a infligé la veille. Le général Mathurin Bangoura serait-il dans une situation de mauvaise augure?

Tout porte à le croire tant les mauvaises nouvelles se succèdent chez lui. Tenez, lundi, il organise une conférence de presse pour annoncer des nouvelles mesures dans le cadre de l'assainissement de la ville de Conakry. Il s'agissait selon lui d'organiser pendant deux mois des campagnes d'informations et de sensibilisation.

 Le même soir, informé, le président Alpha Condé prend une décision surprenante et inattendue. Il confie tout simplement au génie militaire désormais l'insalubrité de la ville de Conakry "en attendant la signature d'un contrat avec la société de nettoyage". Notons que le nom de la société n'a pas été dévoilé. Ce qui peut signifier tout simplement que le Chef de l'Etat s'est opposé à une décision de son gouverneur.

L'autre revers voire camouflet pour le gouverneur, c'est la déclaration du ministre des Transports qui autorise les moto-taxis à circuler à Conakry excepté la commune de Kaloum. On sait que le lundi 22 août, le gouvernorat et la direction générale de la police routière avaient unilatéralement pris une décision d'interdiction de la circulation des taxi-motos à Conakry et aux villes alentours.

Malheureusement pour Mathurin Bangoura, Oyé Guilavogui, le ministre des Transports, a fait une déclaration mardi soir sur les ondes de la RTG pour dire qu'il n'est pas question d'interdire cette activité lucrative pour des milliers de jeunes en manque d'emplois. Mais, plutôt, indique M. Guilavogui, il faut réglementer le secteur. Déjà, des rencontres informelles sont prévues entre tous les acteurs la semaine à venir.

En 24 heures, le gouverneur voit sa côte de popularité chuter auprès de la présidence de la république et de certains membres du gouvernement. Car, ce n'est pas le général Bouréma Condé qui dira le contraire quand on sait c'est ce qui s'est passé entre eux pour la gestion du fonds alloué à l'assainissement de Conakry.

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

 

 

C'est une décision aussi surprenante qu'inattendue. Le président de la République a, dans un court communiqué lu sur les ondes des médias publics dans la nuit du 22 août 2016, confié la gestion de l'assainissement de la ville de Conakry au bataillon du génie militaire. Cette information est intervenue quelques heures seulement après la décision du gouverneur Mathurin Bangoura de lancer une campagne d'information et de sensibilisation d'une durée de deux mois de la population.

Le communiqué indiqué: "En attendant la signature du contrat avec la société de nettoyage, le Président de la République, Commandant en chef des forces armées nationales, instruit l’Etat major général des armées, à travers le bataillon du génie militaire, à prendre en charge à partir de cet instant, et ce jusqu’à nouvel ordre, l’assainissement de la vile de Conakry".

Cette nouvelle tâche confiée à l'armée guinéenne est un défi auquel elle doit répondre comme elle l'a toujours fait. Mais l'immensité de la tâche demande assez d'efforts pour avoir des résultats probants. Conakry retrouvera-t-elle son image d'antan? Malin qui saura le dire!

Aboubacar Pastoria Camara pour lejourguinee.com

RSS Feed

Le Colonel Issa Camara s'explique...

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Partenaires

guineenouvelle
   
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account