Top Stories

Grid List

Suite à un article paru dans l'hebdomadaire panafricain, ''Jeune Afrique'', caricaturant Serigne Touba, le Fondateur de la Confrérie Mouride au Sénégal, les disciples mourides et au-delà, de tous les sénégalais basés à Dakar ont organisé une marche  ce samedi 30 janvier 2016 pour dénoncer et condamner cet acte ignoble. Les protestataires ont pris d’assaut la mosquée Massalikoul Jinane où devait démarrer la marche pour finir à la place de l'Obélisque.

La foule scandait  des khassaïdes, des zikroula, des La illaha illala, des slogans hostiles au journal  appelant à l'interdiction de vente et de diffusion de l'hebdomadaire sur toute l'étendue du territoire.

Pour rappel, évoquant la polémique provoquée  par le port d'un sac à femme par l’artiste chanteur Waly Seck, Jeune Afrique avait posté sur son site internet une image caricaturant, Cheikh Ahmadou Bamba, le Fondateur de la Confrérie Mouride.

L'image accompagnée de commentaires jugés désobligeants fut retirée  après  injonction du gouvernement sénégalais suite à la réaction du Khalif Général des Mourides,  Serigne Cheikh Sidy Moctar M'Backé par la voix de son porte parole.

Le gouvernement Sénégalais, par la voix de son porte parole, éprouve toute son indignation suite à l'article.

Cheikh Ahmadou Bamba, un homme de Dieu, est un symbole national, un patrimoine culturel mondial dont les enseignements fondés sur la paix, le travail, la pardon, le respect de l'autre, le culte du savoir ont inspiré et continuent à inspirer toute l'humanité.

Signalons la présence dans la marche  de Mbaye Ndiaye représentant le gouvernement, de Madické Niang du PDS, de Idrissa Seck de REWMI, de Cheikh Bamba Dièye du FSBJI, de Mamadou Lamine Diallo de TEKKI, du député Iman M'baye Niang, qui accrochaient, ont manifesté  leur désapprobation et leur indignation vis-à-vis de Jeune Afrique et ne tolèrent plus qu'une figure emblématique ne soit caricaturée.

La cérémonie a pris fin après le discours de Mbackiyou Faye représentant du khalif général des mourides Dakar.

Alpha Sidibé, Dakar pour lejourguinee

 

La cérémonie officielle marquant  la 36ème édition de la Ziarra annuelle de la famille Omarienne s'est déroulée à la grande mosquée Omarienne à Dakar en présence du ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo accompagné d'une forte délégation.

Il y avait également la présence des familles religieuses, des partis politiques, de la société civile, des chefs coutumiers, des dirigeants syndicaux et du corps diplomatique accrédité au Sénégal.

Après la lecture des versets du Saint Coran par Elhadj Mohamed Kamil Barro , place au discours de bienvenue prononcé par l'Imam de la Grande Mosquée Omarienne. Les intervenants comme le Président des AHBABS, le représentant du khalif général des mourides, le porte parole de la famille Tidjania, Serigne Abdoul Aziz Al Amine, le représentant du corps diplomatique en même temps que le représentant du Roi Mohamed VI dont la cérémonie était placée sous son patronage, ont abordé dans le même sens en saluant la portée d'un tel événement mais aussi l'esprit d'humilité du khalif omarien et l'engagement pris pour combattre ensemble les forces tapies dans l'ombre pour anéantir l'Islam.

Leur emboîtant le pas, le ministre de l'Intérieur après avoir  transmis les salutations du président de la République, Macky SALL, a sollicité auprès du khalif des prières pour la paix et la stabilité sociale  dans la sous région particulièrement au Sénégal.

Quant au serviteur de la famille Omarienne, Thierno Madani Tall, son message a été   lu par le député Cheikh Omar SY. Il a invité les Sénégalais à conjuguer leurs forces pour endiguer le terrorisme qui  secoue le monde.

Par ailleurs, il a exhorté les partis politiques qu'ils soient du pouvoir ou de l'opposition à s'unir pour l’intérêt du peuple et de la nation afin de barrer tout ce que peut provoquer des agitations car nous n'avons que le Sénégal en commun.

La ziarra sera clôturée par des prières (Doua ) dont les fidèles attendant avec impatience car ce sera un moment de recueillement et de bénédiction.

Alpha Sidibé depuis Dakar pour lejourguinee.com

La communauté omarienne célébre du 21 au 25 Janvier 2016 la Ziarra annuelle dédiée à El Hadji Saïdou Nourou Tall et à Thierno Mountaga Tall.  La Ziarra qui a débuté avec la conférence internationale au palais des congrès King Fadh Palace  avec comme thème: " l'importance du savoir dans l'islam, illustration dans le développement durable et la justice économique-finance Islamique et partage des richesses".

Ce vendredi place à la grande prière qui sera dirigée par le khalif Thierno Madani Tall où les fidèles venus de tous les horizons affluent vers la zawiya pour se recueillir devant les mausolées des illustres khalifs de Cheikh Oumar Al Foutiyou TALL, Grand propagateur de la voie Tidianiya en Afrique de l'ouest et particulièrement au Sénégal.

Nous y reviendrons avec le concours de récital du Saint Coran et la cérémonie officielle prévue le dimanche 24 Janvier 2016 à la Grande Mosquée El Hadji Oumar Foutiyou Tall.

De Dakar Alpha Sidibé pour lejourguinee.com

 

La société Hamana de l'opérateur économique, Mohamed Kourouma engage un bras de fer contre le président de la Cour Suprême, Mamadou Sylla alias SYMA, pour "parodie de justice".  Toute l'affaire part d'une commande de la société Hamana de vingt-sept mille tonnes de riz Alizé en 2012 auprès d'une société indienne dénommée LT FOOD. Depuis, c'est une suite de démêlés judiciaires entre Hamana, et Safricom, une autre société de droit guinéen, dirigé par Alseny Barry.

En conférence de presse ce mercredi, le PDG  a indiqué que la société deTransco était chargée d'assurer la manutention, le transit et le transport de la marchandise jusqu'au magasin de stockage. Cette prestation devait coûter plus de trois milliards deux cent quarante huit millions.

Mais une fois le bateau arrivé au port autonome de Conakry, tout change. "Au cours du déchargement de la cargaison, contre toute attente, M. Alseny Barry, PDG de la société Safricom assigna notre société en justice, prétextant avoir 5000 tonnes métriques (MT) dans notre marchandise. Après examen du dossier, le Tribunal de première Instance de Kaloum et la Cour d'Appel ont rendu les arrêts suivants: Hamana a commandé 27 000 TM de riz, elle doit avoir ses 27 000 TM, Safricom a 5000 TM, elle doit avoir ses 5000 TM", rappelle Hamana dans un communiqué dont notre rédaction détient une copie. Or, poursuit Hamana, Safricom ne dispose pas d'un connaissement et que le bateau ferait, au lieu de 27 000 TM comme indique le connaissement, 32 000 TM.

Après, le PDG a fait appel de ce jugement à la Cour Suprême qui a également rendu à Safricom  ses 5 000 TM. Pour Mohamed Kourouma, cette attitude de la Cour Suprême entre les deux sociétés est "arrangement" à tous les niveaux. Et bizarrement, la société Hamana se serait retrouvée avec seulement 17 265 TM accusant au passage la société Transco d'avoir pris également 4 750 TM à son détriment.

Après que la justice ait ordonné à Safricom de prendre son riz, la société Hamana a demandé à la Cour Suprême de sursoir à l'exécution de la décision judiciaire. Une demande rejetée au grand dam de Hamana qui a déclaré que "cela s'explique simplement par le fait qu'elle (cour d'appel et suprême) a reçu l'argent". Elle accuse la justice de prendre [son] argent".

En juillet 2014, "le TPI de Kaloum a condamné solidairement Safricom et Transco à la restitution des 4 735 TM à défaut au paiement de la contre valeur évaluée à la somme de 21 214 084 330 GNF en principal, les condamnés à titre de dommages et intérêts à 2 milliards GNF par jour de retard. Egalement, en juin 2015, la Cour d'Appel a confirmé le jugement du TPI de Kaloum.

Pour Hamana, "le seul problème de la justice guinéenne avant et aujourd'hui et qui persiste encore, c'est le président de la Cour Suprême".

En raison de tout ce qui précède, la société Hamana "décide de porter plainte contre le président de la Cour suprême auprès du ministère de la Justice pour parodie de justice".

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Conakry le 2 Février 2016 - La Guinée va participer les 24 et 25 février 2016 à Londres (Grande Bretagne) au forum The Global Business Response to Ebola (GBRE). Un évènement international qui sera essentiellement consacré à la relance économique post-Ebola dans les pays touchés par cette épidémie à savoir la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria.

Ce forum organisé par la société DMA en partenariat avec la CEDEAO, l'Union du fleuve Mano et l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP-Guinée) vise pour la Guinée à mettre en place un mécanisme efficace afin d’obtenir des accords concrets pour le financement de la stratégie de relance économique post Ebola amorcée par le Président de la République, Pr Alpha CONDE. Il vise également à répondre aux interrogations des investisseurs et les rassurer quant aux perspectives de la Guinée dans un contexte post-Ebola.

Ce sommet The Global Business Response to Ebola (GBRE) qui a pour thème « combler le déficit d’investissement en Afrique à travers l’Investissement Direct Etranger (IDE) » connaitra la participation de plusieurs  Chefs d’Etat et de gouvernements africains. Près de 1000 représentants des banques et fonds d’investissement, des fonds souverains, des sociétés de capital-risque, des sociétés de technologies etc. prendront part à cette rencontre. Une bonne occasion pour la délégation guinéenne de faire connaitre les opportunités d’investissements publics et privés que regorge le pays aux grands groupes financiers internationaux.

Une forte délégation guinéenne conduite par son excellence le Ministre d’Etat à la Présidence Chargé des Questions d’Investissements et des Partenariats Publics Privés sera présente à ce forum. Elle sera composée de membres du gouvernement, des cadres des départements techniques porteurs de croissance, du secrétariat général de la Mano River Union (MRU) et de la direction générale de l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP-Guinée).   

Le secteur privé guinée sera aussi présent à cette rencontre. Ainsi, une centaine d’opérateur économique guinéen vont échanger avec des investisseurs venus du monde entier sur des possibilités de partenariat gagnant-gagnant.

Le forum The Global Business Response to Ebola (GBRE) sera le lieu pour la Guinée d’amplifier la dynamique issue de la Conférence des Investisseurs et partenaires au Développement de la Guinée (CPIP) tenue à Abu Dhabi en Novembre 2013 en diversifiant le nombre de partenaires économiques.

Tansmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Face au tollé suscité par la retenue de 5% opérée sur le salaire du mois de janvier, des fonctionnaires guinéens , le gouvernement a fait profil bas en attendant "l'appropriation complète et définitive [de la mesure] par tous les acteurs concernés". Cette opération de retenue de 5% fait suite à "l'application des accords relatifs aux négociations syndicales datant de janvier 2015".

Il s'agissait de procéder à la création de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale des Agents de l’Etat et de l’Institut National d’Assurance Maladie Obligatoire: des institutions destinées à satisfaire les demandes d’accès à des services sociaux, exprimées par les travailleurs de la fonction publique et notamment les branches vieillesse, invalidité et survivant, maladie, risques professionnels et prestations familiales.

Pour cela, prévient le gouvernement, "il est prévu que les contributions s’effectuent conformément à ce qui est pratiqué dans le secteur privé de la manière suivante :

(1) une contribution à hauteur de 5% applicable au salaire indiciaire, pour la cotisation salariale, perçue par voie de retenue à la source ;

(2)  et une contribution à hauteur de 18% de la masse salariale indiciaire au titre de la contribution patronale, supportée par l’Etat.

Afin de respecter son obligation de rendre ces deux instances opérationnelles, le gouvernement a procédé à l’inscription budgétaire des contributions retenues au titre de la loi de Finances de l’année 2016".

D'ailleurs, le gouvernement guinéen rappelle que la "Loi de Finances 2016, dans son article 19, qui instaure cette cotisation sociale, les services de l’Etat en charge de la paie ont automatiquement programmé le démarrage desdites contributions sur le salaire du mois de janvier 2016".

"Compte tenu des incompréhensions engendrées par l’application de cette mesure et sur demande des partenaires sociaux, le gouvernement a décidé de suspendre la procédure de prélèvement jusqu’à son approbation et son appropriation complète et définitive par tous les acteurs concernés", souligne le communiqué des ministères en charge de la Fonction publique et du Budget.

Par conséquent, "les sommes prélevées feront l’objet d’un remboursement par rappel sur la solde du mois de février 2016 pour l’ensemble des travailleurs concernés", précise le document.
Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C'est une nouvelle mesure que les autorités éducatives guinéennes viennent de prendre en ce qui concerne les candidatures libres aux examens nationaux session 2016. De quoi s'agit-il?

"Le Service National des Examens, Contrôle Scolaire et de l'Orientation) porte à la connaissance des postulants à la candidature libre aux examens nationaux session 2016, que la date limite de dépôt des dossiers est fixée au 29 février 2016", annoncé le Département ce 8 février via un communiqué dont notre rédaction détient une copie.

La même source rapporte que "passé ce délai, aucune demande ne sera acceptée sur l'étendue du territoire national et, cela, quelles que soient les raisons".

"En conséquence, les IRE, les DPE/DCE et les chefs d'établissement sont chargés de procéder à une large diffusion des présentes dispositions", explique-t-on.

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Un exercice de gestion de crise a été organisé pour la première fois, ce vendredi 28 janvier, à l’aéroport international de Conakry-Gbessia.

Les unités de sapeurs-pompiers, de la protection civile, de la police, de la gendarmerie, des forces armées, ainsi que les employés de la SOGEAC (Société de gestion de l’aéroport de Conakry) ont été mobilisés pour faire face à l’hypothèse d’un accident majeur et tester leur procédures d’intervention, de coordination des secours et de prise en charge des victimes et de leurs familles.

M. l’Ambassadeur de France en Guinée et en Sierra Léone, Bertrand Cochery, assiste à l’intégralité de l’exercice, aux côtés de M. le Ministre d’État chargé de la Sécurité et de la Protection Civile, maître Abdoul Kabele Camara, et de M. le Ministre d’État chargé des transports, Oyé Guilavogui.

Sur le tarmac, ceux qui jouent le rôle des blessés sont évacués hors de l’aéroport ou conduits à un poste de secours provisoire.

Pendant ce temps au poste de commandement de crise, le Commissaire Doumbouya de l’aéroport de conakry, directeur de l’exercice, centralise toutes les opérations : secours et évacuation, lutte contre l’incendie, activation du périmètre, gestion de l’information aux familles et des médias.

Les services de l’Attaché de sécurité intérieur de l’Ambassade de France sont mobilisés aux côtés de leurs collègues guinéens pour permettre un bon déroulement de l’exercice. Depuis une semaine, le Capitaine Holzmann, de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est présent à Conakry pour assurer une formation de gestion de crise au profit des autorités aéroportuaires.

"En situation de crise, rappelle le Capitaine Holzmann, un nombre important de décisions doit être pris dans un laps de temps très court. Il est très important de pouvoir conduire cet exercice dans les conditions les plus réalistes possibles, afin d’aboutir à un bon niveau de coordination."

M. l’Ambassadeur de France a salué l’engagement et la qualité du travail fourni par tous ceux qui ont participé à cet exercice, dont tous les enseignements devront être tirés pour disposer d’un cadre d’intervention efficace dans l’éventualité d’une situation de crise.

Source: Ambassade de France

L'entame d'un second mandat par Alpha Condé ne ressemble pas à un fleuve tranquille. Grogne syndicale en perspective, menace de fermeture des établissements d'enseignement supérieur privés annoncée pour le 31 janvier, sont entre autres les nouveaux défis du président et de son gouvernement. Dans une adressée au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Yéro Baldé, en date du 19 janvier 2016, les universités privées comptent fermer si toutefois, l'Etat ne respecte pas ses nombreux engagements. Lettre

Désormais, la salle de conférence de la maison de la presse de Guinée porte le nom d’El hadj Mohamed Koula Diallo, journaliste assassiné le 5 février dernier aux alentours du siège de l’UFDG. Cette journée commémorative a eu lieu ce vendredi 12 février. Parents, collaborateurs, amis et alliés du défunt ont assisté, avec beaucoup d'émotions, à cette cérémonie commémorative.  L'émission se lisait sur le visage des journalistes. L'émotion aussi.

A cette occasion, le président du Conseil d’administration de la maison de la presse, Amadou Tham Camara  a d"claré: "nous aurions voulu que ce soit la maison toute entière qui porte son nom mais malheureusement, sa forme juridique ne nous le permet pas pour le moment. Mais pour aller vite, nous avons pris la liberté de faire appeler la salle de conférence où nous nous trouvons, salle El hadj Mohamed Koula Diallo".

Le président du CA de la maison de la presse a ensuite lancé un appel aux autorités judiciaires pour accélérer la procédure judiciaire afin de retrouver les coupables.

"Nous voulons que les enquêtes aboutissent pour que le ou les coupables soient traqués, jugés et condamnés à la hauteur de leur forfaiture. La presse a décidé de se constituer partie civile pour demander réparation au bénéfice de la famille", lance-t-il.

Satisfait de cette initiative, Ibrahima Sory Traoré, l’employeur de la victime a remercié la presse pour la marque de solidarité, de compassion et la grande mobilisation dont elle a fait preuve avant de rassurer à la famille de la victime sa disponibilité d’être à côté et de soutenir la veuve et sa fille.

"Baptiser cette salle de conférence, salle El hadj Mohamed Koula Diallo, constitue déjà un début de justice qu’on est en train de rendre à El hadj parce qu’ici c’était sa maison.  C’est une façon aussi d’encourager les jeunes journalistes pour qu’ils puissent encore travailler beaucoup plus", a lancé l’administrateur de Guinee7.

Au nom de la famille, Madame Pouponne Traoré, les larmes aux yeux, a lui aussi remercié l’ensemble de la presse guinéenne pour ce grand geste qu’elle vient de faire en signe de mémoire à leur regretté fils. Elle a demandé à ce que justice soit faite pour protéger les jeunes journalistes 

Enfin, le ministre de la Communication, Rachid N’Diaye, a de son côté invité les journalistes à maintenir l’union pour ne pas perdre de vue l’essentiel qui est l’idée de penser que plus jamais un acte de cette nature puisse se reproduire dans le cadre de l’exercice de la profession d’un journaliste.

"C’est une journée symbolique  du fait que le nom de cette salle qui est le cœur de la maison de la presse porte le nom d’El hadj. Je crois  que nous allons continuer à perpétuer sa mémoire. Nous allons être fidèles qu’il a toujours défendu, d’un travail honnête, d’un travail d’information dans l’esprit de liberté et de responsabilité qui nous caractérisent", évoque le ministre.

Avant de souhaiter que cette union autour de sa mémoire continue également à se perpétuer pour qu’on puisse toujours dire ‘’plus jamais une telle situation. 

Ibrahima Hôre Saala BAH

+224 664 64 48 95

 

Les terroristes au nord-Mali ne se fatiguent pas et comptent vaille que vaille s'attaquer aux troupes de la Minusma. Vendredi, dans la matinée -6h30-, une attaque contre la position guinéenne à Kidal, dans le Nord Mali a fait 3 morts et plusieurs blessés.

Ce bilan provisoire est fourni par les autorités guinéennes . Selon le gouvernement guinéen, cette attaque combinée à la roquette et à la camionnette piégée est la deuxième du genre contre les soldats du Bataillon Gangan déployés dans cette région.

Déjà, en Guinée, le gouvernement a mis en place "une cellule de crise sous la tutelle du Ministère de la Défense". Aux dernières nouvelles, il y a six casques bleus et trois soldats maliens tués ce vendredi.


Mohamed Sylla

Kémo Camara, âgé de 45 ans, marié à trois femmes et père de huit (08) enfants, résidant à Idyr, village du district de Gouyanne dans la sous-préfecture de Youkounkoun, s’est suicidé dans la nuit du vendredi, 05 février 2016, dans sa case d’habitation, à l’aide d’un fusil de chasse, de fabrication artisanale, rapporte le correspondant préfectoral de l’AGP dans la préfecture.

Les causes du drame n’ont pas été élucidées. Mais la Police a ouvert une enquête afin de situer les motivations de la victime. Selon une source bien informée, Kémo Camara, cultivateur de profession, avant de passer à l’acte, s’était adressé à l’un des membres de sa famille pour l’informer qu’il effectuerait une partie de chasse, comme à l’accoutumée, dans cette nuit.

Contre toute attente, la détonation de l’arme à feu va créer une scène de panique générale dans la concession familiale. Le petit village Idyr, situé à 7Km de Youkounkoun-centre, chef-lieu de la sous- préfecture, va connaître une nuit très agitée. Les premiers secours accourus ont trouvé le corps de la victime baignant dans un flot de sang, à l’intérieur de sa case d’habitation. Les plombs de la cartouche sont partis se loger dans le thorax de la victime. L’arme du crime a été retrouvée sur les lieux.

AGP

DEBAT DU MARDI 1SEPTEMBRE 2015 Avec Saliou BAH

RSS Feed

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Metéo

Partenaires

guineenouvelle
   
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account