Top Stories

Grid List

"Nous célébrons aujourd'hui (3 mai, ndlr) la Journée mondiale de la liberté de la presse. À l’occasion du 25e anniversaire de la déclaration de Windhoek, l’UE souhaite rappeler le principe selon lequel «la création, le maintien et le renforcement d'une presse indépendante, pluraliste et libre sont indispensables au progrès et à la préservation de la démocratie dans un pays, ainsi qu'au développement économique».

Le droit à la liberté d’opinion et d’expression englobe la liberté de demander, de recevoir et de communiquer des informations. Il s’agit d’un élément essentiel de la gouvernance démocratique et du développement. Les citoyens doivent être pleinement informés afin d’être en mesure de se forger une opinion et de prendre part aux processus décisionnels qui ont une incidence sur leur vie. La liberté d’information contribue également à l’amélioration de la gouvernance dans la mesure où elle renforce la transparence dans les affaires publiques et peut être utilisée pour obliger les pouvoirs publics à rendre compte de leurs actes, en particulier lorsque l’accès à l'information permet de dénoncer des violations des droits de l’homme ou des pratiques de corruption.

Garantir l'accès à l'information peut contribuer à promouvoir la justice et la réparation, notamment après des périodes de graves violations des droits de l'homme.

L’Union européenne est déterminée à continuer de promouvoir et de protéger la liberté d’opinion et d’expression partout dans le monde, non seulement hors ligne, mais aussi en ce qui concerne le cyberespace et les autres technologies de l’information et de la communication, comme en témoigne l’adoption, en 2014, des orientations de l’UE dans le domaine des droits de l'homme relatives à la liberté d’expression en ligne et hors ligne.

L'Union européenne condamne l'augmentation des actes d'intimidation et de violence auxquels des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme, des acteurs des médias et d’autres personnes se trouvent confrontés dans de nombreux pays du monde lorsqu'ils exercent leur droit à la liberté d’opinion et d’expression en ligne et hors ligne.

Outre les violences manifestes, l’UE est déterminée à lutter contre les législations ou pratiques qui imposent une censure, encouragent l’autocensure, prévoient des sanctions pénales, financières et administratives, permettent des abus d'une puissance de marché et créent des conditions économiques défavorables.

L’UE réaffirme sa détermination à promouvoir et à défendre les libertés d’opinion et d’expression, droits qui doivent pouvoir être exercés partout par chacun, sur la base des principes d’égalité, de non-discrimination et d’universalité, par quelque média que ce soit et sans considération de frontières.

C’est votre droit

L'ancien vice-président de l'Union des forces démocratiques de Guinée -UFDG-, en conflit avec la direction du parti, séjourne actuellement à Dakar, la capitale sénégalaise pour une rencontre de travail et de prise de contact, a-t-on appris de source proche du leader. Bah Oury a quitté Conakry lundi en destination du pays de la Teranga.

Il a été accueilli par ses lieutenants Lamine Diallo, le fédéral de l'UFDG en Allemagne,  Saliou Diallo, son chargé de communication et plusieurs responsables du parti, nous confie-t-on.

Bah Oury serait parti sur le vol régulier de Asky Airlines et reviendrait à Conakry probablement le 12 mai 2016.

Amadou Kendessa Diallo

+224 622 48 10 45

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abidjan - La Côte d'Ivoire veut mettre fin au monopole des sociétés de distribution d'électricité et d'eau et libéraliser ces secteurs clés dans l'espoir de faire baisser les prix, a annoncé dimanche le président Alassane Ouattara.

Nous avons décidé: il faut mettre fin au monopole de la CIE (Compagnie ivoirienne d'électricité) et de la SODECI (société de distribution d'eau), a-t-il déclaré lors des célébrations de la fête du Travail, disant être interpellé par la hausse récente des coûts de l'énergie.

Je lance un appel à tous ceux qui souhaitent venir investir dans ces secteurs de le faire pour que nous ayons une saine compétition qui permettra de maîtriser les prix et de baisser le coût de l'électricité, a-t-il poursuivi, sous les acclamations des syndicats des travailleurs.

Les quatre confédérations syndicales de travailleurs du pays avaient toutes dénoncé le malaise provoqué par la hausse du coût de l'électricité, chiffrée à 40% sur cinq ans par l'Union fédérale des consommateurs.

Les bailleurs internationaux ont fait pression pour augmenter les tarifs et assurer l'avenir de la CIE - privatisée en 1990 et propriété depuis 2005 du géant français Bouygues - qui vendait à perte le courant à la population grâce à d'importantes subventions gouvernementales.

Entré en vigueur en janvier, un ajustement tarifaire devait correspondre à une hausse de 6 à 10% du prix du kW/h pour 60% des abonnés, selon le ministre de l'Energie, Adama Toungara.

Nous avons découvert que la décision gouvernementale n'a pas été correctement appliquée et que certains abonnés ont connu une hausse plus élevée que celle initialement prévue allant jusqu'à 30%, 40%, voire 50%, a déploré Alassane Ouattara, qui, en dénonçant une injustice inadmissible, a décidé de l'annulation pure et simple de l'augmentation de janvier.

La production ivoirienne d'électricité, la plus importante d'Afrique de l'Ouest, est assurée par la CIE, chargée aussi de la distribution et de la commercialisation de l'électricité ivoirienne.

Première puissance économique d'Afrique de l'Ouest francophone, la Côte d'Ivoire est engagée dans un processus de reconstruction de son réseau depuis la fin de la crise postélectorale meurtrière de 2010-2011.

Les autorités projettent d'investir 18 milliards de dollars (environ 16 milliards d'euros) dans le secteur d'ici 2030, en grande partie grâce à des capitaux privés.
Lu sur Express.fr

Le gouverneur de la région de Labé, Sadou Kéita, a invité les Guinéens, du petit au grand, à soutenir les comédiens de notre pays parce qu'ils jouent un rôle primordial dans la paix sociale. Il a mis un accent particulier sur l'importance de l'humour dans l'éducation et dans la lutte contre les morts subites. Lisez son entretien

Vous venez de lancer le festival des Arts et du Rire de Labé, votre région administrative. Qu'est-ce que le choix de Labé représente pour vous?

Sadou Kéita: c'est une valeur énorme en matière de promotion de la culture dans la région. C'est un plaisir à plus d'un titre qu'on dise que le premier Festival de Rire  se tient à Labé. Je suis certain que ce festival aura un impact sur la mentalité des habitants de Labé. Cet impact qui va tendre à éteindre les velléités, et résoudre le tissu social.

L'humoriste ivoirien, Adma Dahico, participe à ce Festival. Que vous représente sa présence à ce festival des Arts et du Rire de Labé?

Nous avons approuvé d'abord que l'on organise un FAR mais que l'un des plus grands comédiens  du continent  vienne pour animer ce festival, cela va fouetter la conscience de nous autres et d'autres à soutenir les comédiens et le rire. Parce qu'on estime que le rire, c'est banal.

Or, l'humour, la comédie, le rire, non seulement libère l'esprit mais ensuite cela l'ouvre et mieux évite [les crises cardiaques, parfois]. Il y a trop de stress dans ce pays, (Guinée, ndlr), c'est parce qu'il n'y a pas de rires. Vous entendez seulement que tel est mort brutalement parce que tout simplement il lui a manqué quelque chose.

Et on oublie que le rire est un élément de culture qui peut assurer la promotion de la culture entière mais aussi le rire peut permettre d'éduquer, de sensibiliser et de dénoncer même les tares d'une société. Quand vous prenez Sarah (griot) à Kankan, invité par le feu Président Ahmed Sékou Touré, pourtant qui le connaissait, ce n'est pas n'importe qui s'essayait à ses côtés, préfets ou ministres que vous étiez, pour lui dire  qu'il y a crise de sucre à Kankan, mais Sarah l'a dit et a réglé le problème sans parler.

On lui (Sékou Touré) met cinq morceaux de sucres dans une tasse à café, avant qu'on ne l'apporte la bouteille de thermos, il (Sarah, ndlr) avait enlevé les cinq morceaux de sucre, mais le Président Sékou Touré l'observait. Il lui a demandé qu'est-ce que tu es en train de faire, non Président, ça c'est de la semence à Kankan, réplique-t-il.

Cela voulait dire tout. Et le lendemain, ce sont les camions qui avaient commencé à défiler.

L'humour n'est pas du n'importe quoi et ce n'est pas n'importe qui peut faire de l'humour.  C'est quelqu'un qui en a la formation qui en a l'esprit,  qui en a la vocation. Donc, nous nous pensons que c'est une activité qu'il faille soutenir parce qu'en cette phase de développement social et politique de notre pays, il faut ressouder le tissu social, il faut des nouvelles orientations.  Parce que quand la politique est assise sur l'ethnie, forcément nous allons au Biafra. Il faut ressouder rapidement et éliminer toutes ces tares politiques qui tendent  à déchirer entièrement ce pays-là.

Ensuite, il faut sensibiliser car la sensibilisation est une donnée essentielle dans la réconciliation et même dans le maintien de la paix. C'est évident quand vous n'allez  pas, vous n'avez pas d'arguments, le moyen de sensibiliser, vous échouez et créez les velléités. Or, le rire justement, l'humour, sont des arguments. Dahico est un humoriste plein d'imagination.

L'un des thèmes de ce FAR porte sur la formation, la sensibilisation et l'éducation des conducteurs des taxi-motos.  On sait que vous avez des préoccupations par rapport à ce phénomène. Dites-nous en un mot?

Ici, nous n'avons pas les agents nécessaires pour veiller  sur cette circulation routière.  Les effectifs sont faibles. C'est pourquoi, l'éducation va s'adresser à tous les conducteurs des engins. Labé est plein d'accidents de rien de tout, c'est-à-dire des accidents qui ne devaient pas se produire. Il suffit de très peu d'éducation et de discipline et de très peu d'attention pour qu'on évite tous les accidents à Labé. Ce n'est pas une ville très compliquée.

Donc, le message qui va être véhiculé pendant ce festival nous intéresse à  plus d'un titre sauf erreur de ma part parce qu'il va nous permettre à lutter contre l'anarchie dans la circulation routière et par finishh, on aura une ville civilisée.

Entretien réalisé à Labé par Amadou Kendessa Diallo

 

DEBAT DU MARDI 1SEPTEMBRE 2015 Avec Saliou BAH

RSS Feed

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Partenaires

guineenouvelle
   
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account