Top Stories

Grid List

Une délégation gouvernementale et des partenaires russes se sont rendus le 22 juillet 2016 dans la cité de l’alumine -Fria- pour le lancement officiel des audits techniques de cette industrie avant son démarrage.

Cette forte délégation conduite par le ministre d’Etat chargé des investissements et  du partenariat public-privé, le Dr Kassory Fofana,  le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba a été accueillie par les responsables de Rusal, les  autorités préfectorales et communales, les femmes, les jeunes et associations de cette cité minière située à 160 Km de la capitale Conakry.

On y notait également, la présence du gouverneur de la région de Boké,  Siba Leholamou, le directeur national des impôts, Abdoulaye Makhissa Camara et la Miss Guinée-Russie 2016 Mariam Keita.

Dans son discours introductif, le chargé d’affaires à l’ambassade de Russie en Guinée, Sergei Berezniy a remercié la population de Fria pour son accueil chaleureux, avant de mettre un accent particulier sur l’importance des audits techniques des installations de l’usine Rusal-Friguia, en vue d’une éventuelle relance des activités dans les mois avenir.

M. Berezniy a aussi salué les efforts des uns et des autres dans le cadre de la coopération Russo-guinéenne .

"Aujourd’hui, laissez-moi mettre un accent particulier sur les relations entre nos deux pays qui sont vraiment des partenariats d’amitié et de fraternité", a-t-il déclaré. "Je félicite le président de la République, le Pr Alpha Condé pour les efforts fournis qu’il ne cesse fournir pour raffermir les relations de coopération et d’amitié entre la Guinée et la Fédération de Russie", a indiqué le diplomate russe.

Pour sa part, le Représentant de Russal en Afrique, Pavel Vassiliev a rappelé que  la fermeture de l’usine Fria n’était la volonté de Russal, précisant que cette situation est la conséquence d’une grève illégale déclenchée par le collège syndical de cette unité industrielle.

Malgré la crise, la compagnie Rusal a offrir de l’eau et de l’électricité à la population de la ville de Fria.

Il a tout de même rappelé que l’industrie minière traverse une crise profonde qui fait que l’usine de  Fria est aujourd’hui surendettée. Ce qui, selon lui, imposerait une nouvelle forme de gestion.

"Nous devons créer une nouvelle usine en réduisant les coûts pour rentabiliser l’usine et la rendre plus efficace et plus moderne. Pour ce faire, tout le monde doit œuvrer dans le sens du respect de ce que le professeur Alpha Condé a dit au président Vladimir Poutine à savoir: inviter d’autres sociétés russes à investir en Guinée et Rusal qui évolue déjà et doit être la locomotive pour tirer l’autre wagon", a prévenu M. Vassiliev.

Quant au préfet de Fria, Mme Gnalén Condé, elle a témoignée, au nom de la population de Fria, de sa reconnaissance aux partenaires russes et au gouvernement du président Alpha Condé pour le combat qu’ils mènent pour la relance des travaux de cette usine d’alumine.

Elle a également exprimé sa désolation face aux comportements qui ont conduit à l’arrêt  de l’usine Rusa-Friguia.  "La population de Fria en général, et les travailleurs de Rusal en particulier, me chargent de dire à la direction de Rusal-Friguia et au gouvernement qu’elles regrettent toutes les actes qui ont conduit à la fermeture de l’usine à laquelle ils dépendent", a déclaré Mme le préfet aux membres de la délégation.

"C’est le lieu de réaffirmer que nous sommes déterminés à œuvrer pour la paix et la quiétude à Fria pour  que plus jamais ça dans notre cité", a dit Mme Gnalén Condé.

En outre, le ministre  des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba a, au nom du président de la République Alpha Condé,  remercié la compagnie Rusal pour sa volonté de concrétiser des études sur les travaux d’extension et de réhabilitation de l’usine en cours.

Pour le ministre des Mines, le sens de patriotisme et le courage, observés depuis l’arrêt de l’usine, doivent toujours continuer à régner chez les citoyens de Fria.

"Notre objectif final est de relancer  l’usine d’alumine de Rusal-Friguia, pour obtenir un jour nouveau à la population guinéenne en général et à celle de Fria en particulier. Avant que  cette volonté du président de la République ne  soit matérialisée, je vous demande très humblement d’accorder tout notre soutien aux partenaires russes pour la mise en œuvre des travaux d’audits pour une relance à court terme des activités de cette usine ", a dit le ministre des Mines et de la Géologie.

Pour sa part, le ministre d’État chargé des investissements et du partenariat public-privés, Ibrahima Kassory Fofana a mis en cause le comportement du collège syndicale pour la fermeture de l’usine Rusal-Friguia. "La situation de casse des activités de Fria est la cause des syndicats irresponsables qui ont contribué à la fermeture de l’usine. Ce n’est pas le gouvernement ni les partenaires russes qui ont fermé cette industrie", a-t-il dénoncé.

"Vous devez savoir que n’eut été l’engagement du président de la République, on ne peut penser à reprendre les activités dans cette unité industrielle. Car, le contexte économique actuel ne permet pas de relancer Russal-Friguia", a avoué M. Fofana, ajouté que le Chef de l’Etat a déployé tous ses efforts pour permettre aux jeunes de retourner au travail. "Sachez que les partenaires ne sont pas des adversaires", a rappelé  le ministre Ibrahima Kassory Fofana .

Présente à cette rencontre, la Miss Guinée-Russie 2016, Mariam Kéita a fait don d’un important lot de médicaments pharmaceutiques à l’hôpital Pechiney de Fria. Une manière pour elle de participer des enfants de cette ville pendant ces moments difficiles de leur vie.

Au terme de la cérémonie du lancement des audits techniques de l’usine d’alumine Rusal-Friaguia, le premier imam de la grande mosquée de Fria, Elhadj Mamadou Salifou Camara a formulé des prières et des bénédictions   pour la prospérité de la ville qui abrite les installations de cette usine.

Lejourguinee.com

 

La fin justifie les moyens, dit-on. Qu'importent les moyens utilisés pour attirer l'autre vers son camp, si l'objectif est atteint tant mieux. Le président de l'Union des forces démocratiques de Guinée -UFDG- travaille d'arrache-pied pour l'unité de l'opposition pour le combat politique contre le régime d'Alpha Condé.

Après plusieurs déceptions, Lansana Kouyaté, le président du Parti de l'espoir pour le développement national -Pedn- a pris ses distances de l'opposition républicaine. Lui et son parti refusent de participer aux activités de cette dernière malgré que le parti soit toujours de l'opposition.

Mais pour mettre un frein à cette réticence, le chef de file de l'opposition tente de convaincre son homologue du Pedn pour qu'ensemble, ils mènent le combat pour l'instauration de la bonne gouvernance et de la démocratie en Guinée.

Le refus de l’ancien Premier ministre de s'associer aux manifestations et réunions de l'opposition fait perdre à l'opposition dans son ensemble un élément de taille. C'est pourquoi, Cellou Dalein tient à la participation du Pedn même si, dira-t-il "on peut avoir un autre groupe d’opposition, aucun parti n’est obligé de s’associer à un autre avec lequel il ne partage peut-être pas les méthodes, la sensibilité".

Cette déclaration cache une volonté manifeste de Dalein d'agrandir les rangs de l'opposition pour des éventuelles manifestations publiques. Le président de l'UFDG craint que " Alpha Condé" n'exploite la "division" ou le bicéphalisme de l'opposition.  Ainsi, le chef de file de l'opposition voudrait le retour de Lansana Kouyaté à des meilleurs sentiments "pour qu’il vienne, qu’on aplanisse nos divergences".

Pour convaincre le président du Pedn, Cellou Dalein affirme que "l’opposition républicaine telle qu’elle existe aujourd’hui est un cadre de concertation, de partage de l’information" définissant ensemble "les stratégies pour obtenir des élections transparentes, le respect du calendrier électoral et les lois de la République".

Mamadi Touré

 

Alors que la Russie retenait son souffle quant à une possible exclusion de ses sportifs des JO de Rio suite à des accusations de dopage d’Etat, le Comité international olympique (CIO) a décidé dimanche 24 juillet de ne pas suspendre les Russes et de laisser les fédérations internationales statuer au cas par cas sur la participation de leurs sportifs, au regard de critères très stricts.

La décision du Tribunal du sport (TAS) n’aura pas suffi à convaincre le CIO. En confirmant jeudi 21 juillet l’exclusion des Russes des épreuves d’athlétisme de Rio décidée par l’Association internationales des fédérations d’athlétisme (IAAF), on pensait que le TAS avait peut-être ouvert la porte à une exclusion collective des sportifs russes par le CIO. Finalement, il n’en est rien.

Le Comité international olympique a préféré faire preuve de retenue en décidant de laisser les différentes fédérations internationales statuer au cas par cas sur la participation de sportifs russes, selon des critères très stricts, qui permettront ou non d’établir leur propreté.

Pas d’exclusion collective

Après la publication du rapport McLaren le 18 juillet 2016, Thomas Bach, le président du mouvement olympique, avait dénoncé « une atteinte choquante et sans précédent à l’intégrité des sports et des Jeux olympiques ». Il avait également laissé entendre qu’il entendait taper fort en affirmant que « le CIO n’hésiterait pas à prendre les sanctions les plus strictes possibles ».

 

L’instance olympique a finalement renoncé à l’exclusion collective en affirmant dans un communiqué que « la justice individuelle doit être appliquée et [que] tout athlète doit pouvoir prouver que la responsabilité collective ne doit pas être appliquée dans son cas ».

Aucun sportif déjà contrôlé positif

Le CIO a ainsi défini que le Comité olympique russe (ROC) ne pourrait sélectionner aucun sportif ayant déjà été contrôlé positif au cours de sa carrière. Reste à savoir combien de sportifs russes seront effectivement présents aux Jeux de Rio. La Russie a annoncé une délégation de 387 athlètes, 68 d’entre eux ont déjà été suspendus par l’IAAF.

Avec 82 médailles obtenues aux Jeux de Londres en 2012, dont 24 en or, la Russie fait partie des nations les mieux représentées aux Jeux olympiques.

Source: RFI

Le Bureau Exécutif de l’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL) constate avec regret une escalade verbale dans le débat politique relayée de manière excessive et tendancieuse par certains médias.

L’AGUIPEL rappelle qu’en cette période sensible de l’Histoire de la Guinée, il est du devoir de ses membres en particulier et de tous journalistes guinéens en général, de traiter les informations de façon responsable et équitable.

Il est judicieux pour l’ensemble des journalistes et leurs médias respectifs d’éviter de rapporter les propos incendiaires qui peuvent mettre en péril l’unité nationale.

Le Bureau exécutif de l’AGUIPEL en appelle à la responsabilité sociale des hommes de médias et les invite au respect strict de l’éthique et de la déontologie de leur métier.

Conakry, le 18 juillet 2016

Située à plus de 500 km de Conakry et à 120 km de Labé, la préfecture de Mali a vécu un week-end très agité suite aux violences  provoquées par le Commandant du Bataillon d'Infanterie, le colonel Issa Camara, décrit par les citoyens comme un zélé et barbare.

RSS Feed

Le Colonel Issa Camara s'explique...

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Partenaires

guineenouvelle
   
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account