L'ONU appelle à plus de mobilisation: «Ebola va plus vite que nous»

L’ONU réclame des moyens supplémentaires contre l’épidémie d’Ebola. Le Conseil de sécurité s’est inquiété hier, mardi, de nouveaux chiffres très alarmistes qui montrent que la crise Ebola ne fait peut-être que commencer. L'OMS estime en effet qu'il pourrait y avoir entre 5 000 et 10 000 nouveau cas par semaine à partir de début décembre.

Lire la suite...

Femmes et enfants yazidis, butin de guerre aux combattants de l'EI

Bagdad - Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) affirme avoir offert comme butin de guerre à ses combattants les femmes et enfants yazidis capturés dans le nord de l'Irak, se targuant d'avoir ravivé l'esclavage.

Lire la suite...

Etats-Unis: milliers de manifestants contre la brutalité policière

Des milliers de personnes ont manifesté samedi dans les rues de Saint-Louis, aux Etats-Unis, pour protester contre le racisme et la violence policière. Elles ont notamment dénoncé le meurtre d'un jeune noir par un policier blanc à Ferguson en août dernier.

Lire la suite...

Guinée-Ebola: Le FMI «prêt à faire plus» pour la Guinée durement touchée

Le Fonds monétaire international (FMI) est «prêt à faire plus si nécessaire» pour la Guinée, l’un des trois pays africains les plus affectés par l’épidémie d’Ebola, a affirmé sa directrice Christine Lagarde à l’issue d’une rencontre vendredi avec le président guinéen Alpha Condé.

Lire la suite...

Ebola: plus de 4.000 morts, les Etats renforcent les contrôles aux frontières

L'épidémie d'Ebola a dépassé le cap des 4. 000 décès, tandis qu'à Madrid une aide-soignante atteinte par le virus continue de lutter contre la mort et que la peur conduit les Etats à renforcer les contrôles aux frontières.

Lire la suite...

Guinée: l’épidémie Ebola se renforce notamment à Conakry

En Guinée, l'accalmie observée depuis le mois de juillet dans la propagation de l'épidémie à virus Ebola dans le pays a été rompue depuis la fin du mois. Les centres de traitements du virus accueillent de plus en plus de patients, ce qui risque de mettre en mal le personnel soignant. Médecins sans frontières a manifesté son inquiétude dans un communiqué rendu public jeudi 9 octobre à Conakry.

Lire la suite...