Top Stories

Grid List

Excellence Monsieur le Président de la République! 

L'une des plus importantes reformes que vous avez souhaitée mettre en œuvre est celle de la création du Conseil présidentiel des investissements et des Partenariats Public-Privé. Aux termes du décret D 2014/212/PRG/SGG, "le Conseil Présidentiel des Investissements et des partenariats public-privé a pour mission de promouvoir le dialogue direct entre l'Etat, le secteur privé et la société civile pour identifier et prévenir les obstacles à l'investissement et les questions qui requièrent l'intervention du gouvernement, en vue d'améliorer le climat des investissements en République de Guinée"

Mon souhait le plus ardent est que cette institution puisse tourner à plein régime car aujourd'hui plus qu'hier notre pays a besoin de renouer avec les investisseurs du monde entier pour booster son économie et améliorer substantiellement les conditions de vie de nos concitoyens.

Le dernier rapport "Doing Business" 2016 de la Banque mondiale qui classe 189 pays selon leur climat des affaires vient de faire passer la Guinée de la 171e à la 165e place. Cela, parce qu'en Guinée il est actuellement possible de créer une entreprise en huit jours, ce qui nous a permis de gagner un bond de 49 places sur ce segment. Ce résultat est j'en suis persuadé,  le fruit de la performance des services de l'Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP) qui impulse depuis quelques temps une véritable stratégie de modernisation notamment le lancement du portail officiel des investissements et la dématérialisation de certaines procédures administratives relatives à la création d'entreprise. C'est ailleurs l'APIP qui assure la fonction du Secrétariat permanent du Conseil présidentiel-PPP  et sa mission centrale consiste à préparer les réunions, d'assister les groupes de travail du Conseil Présidentiel des Investissements et des partenariats Public-Privé dans la mise en œuvre des recommandations des organes du CPI-PPP.

Le Rapport Doping Business constate qu'une réglementation plus efficiente et des protections juridiques solides sont essentielles pour aider les entrepreneurs à prospérer.

Il est fondamental de mettre en marche le Conseil présidentiel des investissements et des partenariat public-privé car il est justement chargé d' "organiser la réflexion et de formuler des recommandations sur les questions se rapportant à la promotion et au développement des investissements privés, publics, nationaux et étrangers"; "de réduire les délais, simplifier les procédures administratives et instaurer des normes conformes aux standards internationaux"

Monsieur le Président de la République

Le moment est venu pour que la Présidence de la République "élève l'amélioration du climat des affaires à la dignité de supériorité en vue de créer en guinée, un Environnement des Affaires de Classe Internationale.

Le dernier rapport semestriel du fond Monétaire International sur les perspectives économiques de l’Afrique subsaharienne souligne que: "l'activité économique a nettement ralenti, que la croissance, qui état déjà tombée en 2015 au plus bas niveau depuis le début du siècle, devrait ralentir encore en 2016 pour se situer à 3% l'an". La crise financière qui traverse les grandes puissances économiques, la chute drastique des prix des matières premières sur le marché mondial, doivent  inciter l'Etat à accélérer les réformes structurelles à tous les niveaux et favoriser les investissements  afin de redynamiser la production industrielle et agricole de la Guinée. C'est par cet élan que nous pourrons considérablement augmenter l'assiette fiscale de l'Etat et multiplier nos recettes pour faire financer la construction de nos futures autoroutes, de nos hôpitaux et universités modernes au service de nos concitoyens. 

La Guinée vient de sortir de l'une des pires épidémies de son histoire et nous avons besoin de tout et en urgence pour booster notre compétitivité mais aussi notre attractivité.

Il me semble qu'il faille absolument mettre le pied sur l'accélérateur de la machine gouvernementale pour mobiliser  nos experts , les bailleurs de fonds, le patronat, l'Administration publique et l'ensemble de la société civile pour renforcer le modèle de dialogue public privé guinéen dont le cadre de référence sera le Conseil Présidentiel. Dans cet ordre d'idées, il me semble urgent de doter l'APIP de tous les moyens lui permettant d'animer le Conseil Présidentiel sous votre Présidence et sous  l'impulsion de Monsieur le  ministre d'Etat à la présidence en charge de la promotion des investissements et des PPP, le Docteur Kasserie FOFANA.

Il s'agira alors de mettre en place des Groupes de travail dont la mission consiste à traiter les rapports et orientations du Secrétariat Permanent du Conseil Présidentiel, d’élaborer des plans d'actions pour l'application efficace et performante des réformes prioritaires à mettre en œuvre.

Ces groupes de travail seront composés d'experts représentants l'Administration publique, le secteur privé et la société civile guinéenne.

Le nombre de  groupes de travail et leur nomenclature dépendra des reformes stratégiques ciblées par le Conseil Présidentiel à travers les orientations du Comité consultatif, du comité des investissements et du Secrétariat Permanent.

Ces groupes de travail concernerons nécessairement les domaines relatives aux : procédures administratives, des réformes fiscales et des financements, des infrastructures, des ressources humaines ou encore de la communication et suivi, évaluation des réformes.

Monsieur le Président de la République,

En observant ce qui se passe chez nos voisins ivoiriens et sénégalais, je me dis que l'urgence d'accélérer vos réformes est à son paroxysme. En guise d'exemple, la Cote d'Ivoire compte investir dans le cadre de son plan national de développement (PND) 2016-2020, une enveloppe de 60 milliards de dollars pour financer 182 projets. Ce pays-frère compte investir 20 milliards de dollars entre 2016-2020 riens que dans le secteur de l’énergie pour porter la puissance électrique ivoirienne à plus de 5000 MW en 2020 et 6750 MW en 2030. Actuellement les industriels ivoiriens emploient déjà 700 000 personnes.

Sachant que notre pays dispose de considérables ressources minières et agricoles et surtout de son statut de château d'eau de l'Afrique de l'ouest sans oublier que nous avons des experts, des cadres de haut niveau. Il vous revient Excellence Monsieur le Président de la République, de mobiliser toutes ses ressources humaines  pour entamer avec force et de façon irréversible le développement économique et l'émergence de la Guinée.

La Guinée dispose de tout pour produire l’électricité dont elle a besoin et en revendre à d’autres pays voisins. Nous sommes en mesure d’impulser une véritable politique de rénovation et de diversification de nos industries pour transformer sur place notre production nationale par l’entremise des investisseurs. Par la volonté politique, le gouvernement est en mesure de construire la première autoroute transnationale à Péage- Conakry- Nzérékoré grâce au partenariat public privé et cela par des grands groupes du BTP Chinois ou Français comme VINCI-Autoroute.

Mon devoir de citoyen est celui de vous encourager de mettre en marche toute l'architecture institutionnelle du Conseil Présidentiel de l'Investissement car cette institution doit être le cadre de concertation par essence et par excellence, d'où viendrons les réformes de tous nos rêves.

Mon rêve est que d'ici cinq ans nous puissions être un pays convoité par les grandes multinationales de ce monde mais aussi des grands groupes industriels et agro-industriels, du BTP ou des services qui viendrons apporter leur savoir-faire et leurs ressources financières pour contribuer au développement de notre beau pays. Pour y arriver, le gouvernement s'attèlera à organiser un Forum des investisseurs à Conakry avec l'appui du Groupe consultatif de la Banque mondiale, du fond monétaire international et de la Banque Africaine de Développement ainsi que la France.

Mon rêve est que nous puissions donner l'image d'un pays propice aux investissements à travers des politiques incitatives et attractives en termes de montage d'affaires, dans un Etat apaisé avec des institutions fortes et modernes.

Mon rêve est celui de voir sortir de terres, nos zones industrielles intégrées, nos autoroutes, des universités et hôpitaux répondant aux normes internationales, de la main d'œuvre qualifiée et du travail pour tous les jeunes....

La construction de Plaza Diamant prouve qu'avec une volonté politique infaillible, le Gouvernement dispose d'une solide marge de manœuvre pour construire aujourd’hui et demain le pays de notre rêve.

Tout cela ne sera possible que dans l'esprit de vouloir construire ensemble une grande nation, la maison Guinée.

SOUARE Mamadou Soumayé

Diplômé de l’Institut de Préparation à l’Administration Générale de Poitiers (IPAG) de POITIERS en France

Tel: 00 336 65 92 22 55

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Cette déclaration a été faite jeudi à Conakry à l'occasion d'une rencontre  de la Coordination des partis alliées de la mouvance présidentielle. Le Dr Saliou Bella Diallo, porte-parole de la mouvance présidentielle a fait une lecture de la situation sociologique du pays. Sans surprise, le pédiatre a loué les efforts du Président de la République en dépit de quelques difficultés.

Après la déclaration de la Coordination des partis alliés de la mouvance -COPAM-  axé sur  le  soutien au président Alpha Condé dans cette période d'impasse sociopolitique, le Dr Saliou Bella Diallo, du parti HAFIA a souligné que le Chef de l'Etat a fourni beaucoup d’efforts pour le développement de la Guinée. "Le Pr Alpha Condé a trouvé la Guinée dans un puits. Il a trouvé la Guinée dans un trou très profond. Nous étions endettés jusqu’au cou", a-t-il rappelé.

Selon lui, le pays se trouvait à l’abandon  total ou chacun faisait ce qu’il veut et dira qu’à  ce moment l’Etat n’existait pas. Le président du Hafia a précisé qu’Alpha Condé avait consacré son premier mandat pour la création de  l’Etat, l'assainissement de la gestion publique, l'instauration de la bonne gouvernance et l'obtention de l'IPPTE.

Poursuivant son intervention, le premier responsable du parti HAFIA a dit que la Guinée est au lever du soleil du deuxième mandat d’Alpha par faute du virus Ebola qui a duré dans le pays pendant deux ans.

Concernant la distribution des marchés gré à gré, accusation portée au Chef de l’Etat et ses proches par l’opposition républicaine, le porte-parole de la mouvance a demandé à ces accusateurs de montrer les preuves juridiques qui prouvent que le président a surfacturé les marchés.

Enfin,  il a lancé un appel a tous les Guinéens y compris les leaders politiques que l’heure n'est pas  de descendre dans les rues mais plutôt d’accompagner le président de la République pour la relance de l’économie guinéenne.

Aboubacar Pastoria Camara

 

Des hommes armés ont attaqué mardi le principal camp militaire de Nampala, à 500 km au nord-est de Bamako. L'Alliance nationale pour la sauvegarde de l'identité peule et la restauration de la justice (ANSIPRJ) affirme avoir tué plusieurs soldats.

L’attaque du principal camp militaire de Nampala a été annoncée mardi 19 juillet à l’AFP par un élu local malien, un habitant et une source militaire, sans que ceux-ci donnent de détails sur l’identité des assaillants et le bilan.

Mais un responsable de l’Alliance nationale pour la sauvegarde de l’identité peule et la restauration de la justice (ANSIPRJ), un mouvement politico-armé dont la création par Oumar Aldjana a été annoncée en juin après des violences contre cette communauté, a revendiqué l’assaut auprès de l’agence de presse.

« Nous revendiquons l’attaque de ce mardi contre le camp militaire de Nampala en signe de légitime défense », a déclaré Sidy Cissé, secrétaire général adjoint de l’ANSIPRJ dans une brève communication téléphonique. « De notre côté, il y a trois blessés. Chez l’ennemi, nous avons fait de nombreux morts, nous contrôlons toujours le camp », a-t-il ajouté sans plus de détails avant d’avancer un bilan de « huit morts » et « onze blessés côté armée ».

Sur son compte Facebook, le mouvement a par ailleurs publié ce message en début d’après-midi : Le mouvement « revendique par la voix de son président l’attaque de la ville de Nampala ce matin aux environs de 04h45 en légitime défense. À l’heure où je vous parle, nous contrôlons la quasi-totalité de la ville, notre drapeau flotte sur la ville depuis 6h30 heure locale. »

Cette information selon laquelle les assaillants contrôleraient toujours la ville est confirmée par des habitants de la région, joints sur place par Jeune Afrique. Ceux-ci affirmaient, en début d’après-midi (heure malienne) que les assaillants étaient toujours dans le camp et dans la ville. Les habitants ont fui ou se sont terrés dans leurs maisons.

Un responsable de l’armée a refusé de commenter le bilan des morts. De son côté, l’élu local a fait état de morts mais a précisé ignorer le bilan. Selon l’habitant et l’élu, les assaillants sont arrivés vers 9h00 à bord de véhicules très équipés au camp, qu’ils ont ensuite incendié avant d’en prendre le contrôle. Défense des Peuls Certains responsables de l’ANSIPRJ sont également membres d’une association malienne de Peuls, baptisée Kawral Poulakou (Union des Peuls dans cette langue). Celle-ci avait récemment dénoncé l’assassinat de plusieurs membres de cette communauté, accusés à tort par l’armée et des milices, selon elle, d’être des jihadistes. Un groupe basé dans le centre du Mali, le Front de libération du Macina (FLM), apparu début 2015, est dirigé par le prédicateur radical malien Amadou Koufa, un Peul. Selon plusieurs sources locales, les témoins parlent de jihadistes. Ils évoquent un drapeau noir qui flotterait au-dessus du camp, et des assaillants ayant l’apparence de jihadistes. Or, le groupe dirigé par Oumar Aldjana n’a jamais indiqué appartenir à la mouvance jihadiste. Certains proches de M. Aldjana affirment d’ailleurs qu’il ne tombera jamais de ce côté. Un habitant de Tenenkou, ville proche de Nampala, ayant joint des amis sur place a affirmé que les assaillants auraient détruit une dizaine de véhicules de l’armée, des pick-up et des camions.

Source: Jeuneafrique

Le Bureau Exécutif de l’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL) constate avec regret une escalade verbale dans le débat politique relayée de manière excessive et tendancieuse par certains médias.

L’AGUIPEL rappelle qu’en cette période sensible de l’Histoire de la Guinée, il est du devoir de ses membres en particulier et de tous journalistes guinéens en général, de traiter les informations de façon responsable et équitable.

Il est judicieux pour l’ensemble des journalistes et leurs médias respectifs d’éviter de rapporter les propos incendiaires qui peuvent mettre en péril l’unité nationale.

Le Bureau exécutif de l’AGUIPEL en appelle à la responsabilité sociale des hommes de médias et les invite au respect strict de l’éthique et de la déontologie de leur métier.

Conakry, le 18 juillet 2016

Située à plus de 500 km de Conakry et à 120 km de Labé, la préfecture de Mali a vécu un week-end très agité suite aux violences  provoquées par le Commandant du Bataillon d'Infanterie, le colonel Issa Camara, décrit par les citoyens comme un zélé et barbare.

RSS Feed

Le Colonel Issa Camara s'explique...

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Partenaires

guineenouvelle
   
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account